Cameroun: Grands projets - La Sanaga, source d'opportunités

Le bassin du fleuve Sanaga qui représente à lui seul près de la moitié du potentiel hydroélectrique du Cameroun (12 000 MW), est une source intarissable d'opportunités. Principalement dans les secteurs électricité mais aussi eau, ce fleuve semble incontournable au Cameroun.

Les centrales de Song Loulou à Edéa et plus récemment encore celle de Lom Pangar en sont quelques illustrations. A ce sujet, deux projets d'envergure sont actuellement en cours sur les différents versants de la Sanaga : le Projet d'alimentation en eau potable de la ville de Yaoundé et ses environs (Paepys) en aval et le barrage hydroélectrique de Nachtigal (420 MW) en amont. Les principaux objectifs poursuivis par ces initiatives notamment la fourniture en quantité de l'eau dans la ville de Yaoundé et ses environs (300 000 à 400 000 mètres cubes) et l'approvisionnement en énergie à près de 50% de la population camerounaise tout en réduisant le rationnement en énergie électrique et aussi le coût.

La route qui mène à la station de captage et de pompage d'eau brute à Nachtigal bénéficie d'un éclairage public au solaire. Les populations de la localité d'Emana-Batchenga située dans le département de la Haute Sanaga, région du Centre s'en réjouissent. A côté de ces infrastructures, il y a les activités commerciales. Elles se développent spontanément. Ce mercredi, le soleil se fait encore attendre lorsqu'une sexagénaire arrive avec son porte-tout à l'entrée de la cité d'exportation du barrage hydroélectrique de Nachtigal. A l'intérieur, des mets locaux pour les ouvriers du chantier qui vont bientôt prendre leur pause. Rien ne la déconcentre de son objectif. Elle va nettoyer l'espace qui lui est réservé pour exposer sa marchandise. Certaines commerçantes l'ont précédées. Toutes vendent de quoi se mettre sous la dent. C'est cela l'ambiance à l'entrée de ce lieu où sera construite l'une des plus grandes infrastructures électriques du Cameroun.

En attendant, les habitantes de Ndokoa font de bonnes affaires. C'est ici que la grande majorité du personnel se restaure à midi. Ils arrivent par centaines dans des bus pour reprendre des forces. Batchenga aussi commence à ressentir les effets de ces projets. Des logements sortent de terre ci et là pour pouvoir accueillir les nombreux personnels mobilisés dans le cadre de la construction de ces infrastructures, les jeunes de la localité ont trouvé des emplois. C'est le cas de Jean Yves Tsogo. Sa tâche consiste à transporter, aux aurores, les employés de Nachtigal Hydropower Company résidant à Batchenga vers Ndokoa, mais aussi de les ramener au terme de la journée. Il fait ce travail depuis bientôt trois mois et confie que tout se passe pour le mieux.

Les volets sociaux du barrage de Nachtigal prévoient des programmes d'accompagnement de personnes concernées par le Projet. C'est ainsi que doit démarrer un vaste programme d'appui à la reconversion de travailleurs du sable du secteur du barrage, tout comme un autre programme dédié aux pêcheurs et mareyeuses. Il est destiné à les accompagner dans l'évolution de leurs activités avec l'acquisition de matériel de pêche ou encore la formation à de nouvelles techniques de pêche adaptées à la future retenue du barrage. Un débarcadère y sera aménagé. Dans le volet électricité précisément, de nombreux autres investissements sont prévus sur le fleuve Sanaga. C'est le cas à court terme de l'usine de pied de Lom Pangar qui devra produire 30 MW en fin 2020.

A moyen terme: Nachtigal-Amont sur le fleuve Sanaga : 60 MW en fin 2022 et le reste 360 MW en fin 2023 ; Songdong 300MW en fin 2023. Et à long terme, les centrales hydroélectriques qui pourront contribuer à la réduction de la demande énergétique sont : Grand Eweng: 360 MW en fin 2025 et le reste à partir de 2026 jusqu'en 2029 ; Nachtigal Aval : 300 MW en fin 2027 ; Kikot: 700 MW en fin 2028. C'est dire que la Sanaga n'a pas encore fini de donner ce qu'elle a de meilleur au Cameroun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.