Madagascar: Retraite ministérielle de la COI - L'avenir de la Commission au menu

Une retraite ministérielle sur l'avenir de la Commission de l' Océan Indien (COI) se tient actuellement, à Moroni, Union des Comores.

Une rencontre au cours de laquelle il sera question de la COI de demain. Cette organisation régionale, créée par la Déclaration de Port-Louis en 1982, a vu officiellement le jour en 1984 aux Seychelles, après la signature de l'Accord général de coopération (Accord de Victoria) instituant la COI par Madagascar, Maurice et les Seychelles, Etats « membres fondateurs », rejoints deux ans plus tard, en 1986, par les Comores et la France, au titre de La Réunion. « La COI est l'expression d'une solidarité naturelle entre ces îles. Elles partagent une même géographie, une histoire commune, des généalogies, des traits culturels et surtout un même destin », souligne dans un communiqué cette organisation régionale regroupant, depuis plus de trois décennies, cinq Etats membres.

Espace d'expression de la solidarité régionale et au cœur de la coopération régionale, la COI intervient dans plusieurs secteurs sur la base de l'intérêt commun des Etats membres. C'est ainsi que des projets de coopération ont été menés dans des domaines comme la pêche, la gestion et la préservation des écosystèmes, la stabilité politique... Puis vient le temps de se pencher davantage sur les besoins des Etats membres face aux défis de la mondialisation des échanges, et les risques. La COI a alors mobilisé les parties prenantes régionales et les partenaires au développement dans de nouveaux domaines comme la santé publique, la connectivité régionale ou encore la sécurité maritime.

Questions. Après 35 ans d'existence, la COI se penche sur son avenir. Durant trois jours, la retraite ministérielle de Moroni est alors l'occasion d'aborder un certain nombre de questions : ce qu'attendent les Etats membres de leur organisation ; les moyens et ressources pour répondre aux défis du développement durable ; revoir ou non les missions et le mode de fonctionnement de l'organisation ; les voies et moyens pour contribuer davantage à la croissance, au progrès social, à la préservation des équilibres écologiques ; le rôle de la COI dans un paysage régional de convoitises et de rivalités ; les partenariats pour relever les défis de sécurité, de croissance, d'épanouissement social et climatique ; ou encore la forme que doit prendre le dialogue avec les Etats tiers et les organisations internationales.

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de la COI ou leur représentant débattent de ces questions. La retraite ministérielle est également l'occasion d'un exercice rétrospectif pour mesurer le chemin parcouru et identifier les succès comme les écueils et d'un exercice prospectif pour définir les contours de la COI de demain. La rencontre prendra fin le 03 août 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.