Cameroun: Rareté des devises - Les patrons africains inquiets

L'Union des patronats d'Afrique centrale s'est penchée sur la question lors d'une assemblée générale extraordinaire mardi à Douala.

Evaluer l'évolution de la situation des devises et de l'état d'exécution des transferts dans les pays d'Afrique centrale après les nouvelles mesures d'assouplissement de la nouvelle réglementation de change de la Beac (Banque des Etats de l'Afrique centrale). C'était l'objectif de l'Assemblée générale extraordinaire de l'Union des patronats d'Afrique centrale (Unipace), tenue mardi, 30 juillet 2019, au siège du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) à Douala.

Le point principal au centre des débats était donc la rareté des devises, qui met en péril les activités et le fonctionnement des entreprises. Avec un impact rappelé par Célestin Tawamba, président du Gicam et président de l'Unipace : des délais d'exécution des transferts beaucoup plus longs, qui sont passés de deux à trois jours à deux semaines minimum, voire plusieurs mois ; des coûts supplémentaires pour les entreprises en termes de taux de commission des transferts et d'achat de devises, ainsi que de divers frais bancaires ; des procédures plus longues et plus complexes ; un rallongement considérable des délais de paiement. Tout cela qui génère des effets néfastes, notamment le ralentissement des activités des entreprises et leur perte de crédibilité auprès des fournisseurs étrangers.

Au terme des échanges, l'Unipace a rédigé une déclaration finale où l'organisme estime que les mesures annoncées et prises par la Beac vont dans la bonne direction ; elles traduisent la volonté d'un retour rapide à la normale dans l'exécution des transferts. L'organisme souhaite aussi la mise en œuvre effective des mesures annoncées et visant une amélioration de la traçabilité des actions entre la Beac, les banques commerciales et les opérateurs économiques. L'Unipace en appelle à une concertation urgente Beac-pétrolier et minier afin de trouver des réponses aux problèmes spécifiques de ces secteurs d'activité avant le 1er septembre, date de la mise en œuvre de la nouvelle réglementation en leur sein.

Enfin, l'organisme se félicite des efforts entrepris de part et d'autre et s'engage à maintenir le contact avec les autorités monétaires à l'effet de porter à leur attention de manière régulière les problèmes auxquels est confronté le secteur privé de la sous-région. Par ailleurs, l'organe patronal régional a pris acte de l'initiative engagée au sein de la Cedeao (Communauté économique et douanière des Etats de l'Afrique de l'Ouest) en vue de la création d'une monnaie commune en son sein. L'Unipace encourage donc les Etats de l'Afrique centrale à suivre cette voie pour une intégration économique réussie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.