Libye: Sarraj dénonce des «contrevérités» dans le rapport de Ghassan Salamé

Le chef du Gouvernement d'union nationale (GNA) a exprimé son mécontentement jeudi 1er août après le tableau de la situation en Libye dressé en début de semaine devant le Conseil de sécurité par l'émissaire de l'ONU.

Lundi, dans une intervention par vidéo-conférence devant le Conseil de sécurité, l'émissaire des Nations unies en Libye, Ghassan Salamé, avait appelé les belligérants à faire une trêve durant la prochaine fête du sacrifice. Il s'était inquiété de l'escalade des combats entre les forces du Gouvernement d'union nationale (GNA) et les forces fidèles au maréchal Khalifa Haftar qui se livrent une bataille pour le contrôle de Tripoli depuis le 4 avril.

Une intervention qui n'a pas plu au chef du Gouvernement d'union nationale (GNA), Fayez el-Sarraj. Il l'a donc convoqué dans son bureau ce mercredi et lui a transmis une lettre de protestation qui dénonce des « contrevérités » dans ce rapport.

Dans sa lettre, Fayez el-Sarraj parle au nom de tous les responsables politiques et militaires présents dans l'Ouest libyen, une partie du pays dominée par le courant de l'islam politique depuis 2014. Il réfute toutes les exactions de ses milices pointées par Ghassan Salamé. Selon lui, il n'y a pas eu d'exactions à Gharyan après sa reprise par ses forces, il n'y a pas eu d'activités militaires à l'aéroport de Mitiga, pas d'atteintes aux droits de l'homme, pas d'enlèvement ni de détention arbitraire à Tripoli.

Fayez el-Sarraj accuse aussi Ghassan Salamé de chercher à éviter le conflit avec le vrai responsable de ce chaos, sous-entendu : Khalifa Haftar. Pour le chef du conseil présidentiel libyen, il n'est pas acceptable de mettre les deux belligérants sur un pied d'égalité, alors qu'il y a une partie qui a initié la guerre. Il émet ses réserves contre l'affirmation de Ghassan Salamé sur la guerre due à un « déséquilibre dans la distribution de la richesse ». Pour le chef du GNA, accaparer le pouvoir est la seule raison de cette guerre.

Il accuse l'envoyé spécial de l'ONU d'avoir une position « oscillante et indécise » et lui reproche enfin d'avoir désigné les forces de Khalifa Haftar comme « l'Armée nationale libyenne ». Au regard de Tripoli, il ne s'agit que de milices.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.