Gambie: Les députés rétropédalent sur la taxe sur la bière

La brasserie de Banjul, menacée par l'augmentation de la taxe sur la bière au début de l'année, est sauvée. Lors d'une session extraordinaire, lundi 29 juillet, l'Assemblée nationale gambienne a finalement revue à la baisse ce taux d'imposition.

En activité depuis 42 ans et propriété du groupe français Castel, la brasserie de Banjul était menacée par l'augmentation de la taxe sur l'alcool depuis le 1er janvier, passée de 10% à 75%, qui avait fait chuter la vente de bière locale. Plus de 150 emplois directs étaient en jeu. Durant les sept derniers mois, les responsables de la brasserie n'avaient eu de cesse d'alerter sur les dangers économiques d'un tel taux d'imposition.

Eric Gilson, directeur de la brasserie garde un souvenir amer de ces derniers mois : « Pour un grossiste, l'augmentation sur la vente d'un casier de bière était de 59%, du jour au lendemain. Il n'y a pas eu de communication, nous n'avons pas été consultés. On va dire que la surprise a été totale, rappelle-t-il. Nous sommes ravis de cette révision à la baisse. Certes, le taux reste élevé, mais c'est encourageant. »

Au mois de juin, la vente de bière était en baisse de 40% par rapport à l'année passée. Signe que la loi n'était pas assumée, le gouvernement et une partie des parlementaires ont qualifié après-coup cette taxe de mesure pour lutter contre l'alcoolisme des jeunes.

La raison était purement financière, avoue le député Dawda Kawsu Jawara, qui regrette une erreur de débutant. « Nous aurions dû faire plus de recherches et mener davantage de consultations avant de réviser et ratifier cette taxe », estime-t-il.

La taxe sur la bière locale est maintenant de 35% contre 40% pour la bière importée. Un non-sens économique pour le député, qui rappelle que la balance commerciale de la Gambie est dangereusement déficitaire. Les consommateurs pourront vérifier si les prix ont effectivement baissé dès lundi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.