Congo-Kinshasa: Un quatrième cas d'Ebola confirmé à Goma, craintes au Rwanda

Un soignant avec le bébé d'une femme décédée du virus Ebola âgé de sept mois dans le Nord-Kivu,

Preuve de l'urgence de la situation, la frontière entre le Rwanda et la RDC a été fermée plusieurs heures ce jeudi, dès le début de la matinée et ce jusqu'à la mi-journée environ. Un quatrième cas a été confirmé à Goma.

Pour le nouveau cas, Il s'agit du mari de la femme du mari décédé mercredi. Leur enfant serait mort de la même maladie que le père. La confirmation de la contamination de la mère survient le jour même où cela fait un an officiellement que l'épidémie a été déclarée en RDC.

A 6 heures ce matin, il était impossible de rejoindre Gisenyi au Rwanda pour les habitants de Goma. Et cela à l'heure où une partie des 40 000 personnes qui passent la frontière chaque jour commençaient leur déplacement.

Les autorités rwandaises ont fermé la frontière de leur côté sans donner d'explications dans un premier temps. Décision prise, après l'annonce de la confirmation du troisième cas signalé dans la ville de Goma.

Une fermeture de quelques heures seulement

Fermeture de quelques heures mais qui a déjà eu des conséquences négatives pour le commerce comme le raconte Agnès Kapinga, une commissionnaire en douane.

"Je suis juste venu récupérer un colis venant du Kenya. Mais on vient de m'informer qu'il n'y a pas moyen de l'obtenir car les barrières sont fermées. Ce qu'on m'a juste dit est qu'il y a un cas d'Ebola à Goma et qu'il n'y a pas moyen de traverser".

Même situation dans les bureaux de change. Ils se plaignent du manque de recettes ce matin. Et se réjouissent évidemment de la réouverture de la frontière. Et l'un deux recommande :

"On demande qu'on multiplie les efforts dans les échanges avec les pays frontaliers, parce que quand les autorités congolaises arrivent à bien collaborer avec celles du Rwanda, elles pourront arriver à une solution durable."

Incapacité de la RDC à faire face à la situation

Les efforts pour une bonne prise en charge de la maladie se déploient dans la ville de Goma. Et le médecin Jacques Muyembe, chef des actions de la riposte rassure :

"Ce n'est plus seulement une lutte du ministère de la santé, mais une lutte de plusieurs ministères. Et la mission qui a été par confiée par le Président de la République, c'est de travailler, de travailler d'arrache-pied pour mettre fin, le plus rapidement possible à cette épidémie."

Une mission toujours pas accomplie puisque la maladie a atteint la plus grande ville de l'est du pays avec plus de 2 millions d'habitants.

Ce matin, le gouvernement congolais a assuré aux autorités rwandaises que les mesures prophylactiques de lavage des mains et de prise de la température seraient renforcées et strictement observées à la frontière afin de ne laisser passer aucun cas suspect.

Les autorités congolaises ont toujours fait des promesses sans pour autant arriver à mettre fin à la propagation de la maladie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Ebola

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.