Guinée: Il y a vingt ans, Fodé et Yaguine s'envolaient pour fuir la misère

Au cimetière Cameroun de Conakry, la famille de Fodé et Yaguine ainsi que plusieurs membres de l’ONG belge « Amitié sans frontières » avaient fait le déplacement pour se recueillir sur la tombe des deux enfants.

C'était il y a vingt ans. Le 2 août 1999, les corps de deux jeunes adolescents guinéens étaient retrouvés dans le train d'atterrissage, selon la version officielle, d'un avion Conakry - Bruxelles. Fodé et Yaguine avaient laissé une lettre adressée aux dirigeants européens, une lettre devenue tristement célèbre.

« Messieurs les membres et responsables de l'Europe. Nous sacrifions et nous exposons notre vie, parce qu'on souffre trop en Afrique et qu'on a besoin de vous pour lutter contre la pauvreté ».

Le 2 août 1999, ces mots écrits par deux adolescents guinéens sont retrouvés aux pieds de leurs corps inanimés. Fodé Tounkara, quinze ans, Yaguine Koïta quatorze ans s'étaient engouffrés clandestinement dans le train d'atterrissage d'un avion de la Sabena, l'ancienne compagnie aérienne belge, en direction de Bruxelles.

Leur lettre, émouvante, fut d'abord relayée par la presse belge et puis dans le monde entier. Les jeunes justifiaient leur tentative désespérée d'émigration par la guerre, la maladie, le manque d'éducation et d'enseignement dans leur pays et surtout le désir d'étudier en Europe.

Quinze ans plus tard, en 2015, les Guinéens n'étaient pas dans le top dix des ressortissants étrangers arrivant en Europe. Aujourd'hui, ils représentent la première nationalité en France parmi les mineurs non accompagnés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.