Cote d'Ivoire: Performances des Finances publiques - Les capacités du dispositif de contrôle renforcées

Le directeur général du Trésor et de la comptabilité, Jacques Assahoré, a présidé, hier, au 20ème étage de l'immeuble Sciam, la cérémonie de l'ouverture d'une session de formation des cadres de la Division Audit Interne de l'Inspection Générale du Trésor à la certification en audit interne.

Il a salué, à cette occasion, l'opérationnalisation de l'audit interne qui s'avère une composante majeure du projet de réforme du dispositif de contrôle inscrit au Plan Stratégique de Développement du trésor public.

« Vous mesurez certainement le privilège d'avoir été désignés en tant que bénéficiaires de cette formation aussi valorisante que celle reçue par vos prédécesseurs en 2016.

En tant que Vérificateurs et très certainement bientôt Auditeurs, vous devez avoir pleinement conscience des défis qui vous attendent.

Il s'agit, notamment, de la nécessité de vous conformer au nouveau contexte qui inscrit les actions du Trésor Public dans la recherche permanente de la performance incluant des indicateurs d'efficience et de qualité du service public » a dit Jacques Assahoré à ses collaborateurs de la Division Audit Interne de l'Inspection Générale du Trésor.

Au nom du Coordonnateur du PAGEF, le Professeur Bamba N'Galadjo Lambert, Conseiller Technique du Ministre de l'Economie et des Finances, absent pour cause de mission à l'étranger, le coordonnateur adjoint de la structure, Déré Victorien, a rappelé que le Projet d'Appui à la Gestion Economique et Financière (PAGEF) est la réponse de la Banque Africaine de Développement au déficit de financement du plan d'actions du Schéma Directeur de Réforme des Finances Publiques 2014-2016 dont le taux de réalisation ne s'est situé qu'à 64,71%, essentiellement pour insuffisance de financement.

« Dans ce cadre, la République de Côte d'Ivoire a obtenu du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), un appui projet de seize millions quatre cent deux mille six cent vingt-huit (16.402.628) Unités de Compte (UC), soit l'équivalent de treize milliards quatre cent cinquante-cinq millions huit cent quatre-vingt-quinze mille huit cent quatre-vingt (13.455.895.880) Fcfa.

L'objectif global du PAGEF est d'optimiser la mobilisation des ressources budgétaires et de renforcer le cadre de gestion de la dépense publique » a-t-il expliqué.

Avant de relever que son champ d'action couvre l'ensemble des ministères économiques et financiers et l'ensemble des structures de contrôle de la gestion des finances publiques.

Plus de 600 millions pour équiper la DG du Trésor

Il s'agit, entre autres, selon lui, du ministère de l'Economie et des Finances, du Secrétariat d'Etat auprès du Premier Ministre chargé du Budget et du Portefeuille de l'Etat, du Ministère du Plan et du Développement, du Ministère de la Fonction publique, du Ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfant, de la Cour des Compte, de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, de l'Inspection Générale d'Etat, et de l'Inspection Générale des Finances.

Il a insisté sur le fait que la mise en œuvre de ce projet vise clairement à contribuer au renforcement de la qualité des Institutions et donc de la gouvernance à travers le renforcement des capacités des administrations économiques et financières et des structures de contrôle des finances publiques.

« Dans le cadre de l'appui aux régies financières et à la gestion de la dette publique, il est prévu pour le compte de votre Direction Générale outre le présent séminaire des équipements en matériels informatiques d'une valeur de 627 469 875 FCFA dont une acquisition partielle d'un montant de 354 019 875 FCFA sera réalisée en 2019.

Le DAO pour cette acquisition a été publié le 02 juillet 2019 et l'ouverture des plis des offres techniques et financières est prévue pour le 06 août 2019. Le PAGEF accompagne également vos efforts de digitalisation du Trésor Public par son soutien à la dématérialisation et à la gestion électronique des documents.

En ce qui concerne le développement des marchés de capitaux, la Direction de la Dette Publique et des Dons bénéficie d'un appui spécial d'un montant de 611.417.080 FCFA pour la réalisation de plusieurs activités à savoir deux études dont l'une sur les conséquences d'une dépréciation du FCFA par rapport à un panier de devises, et l'autre, l'impact de la note financière du pays sur le stock de la dette publique.

Cet appui permettra également la création d'une salle de marché ainsi que la réalisation de sept (7) formations à savoir la formation à l'analyse de la viabilité de la dette (AVD) ; la formation à l'élaboration de la Stratégie de la dette à moyen terme, la formation à la gestion de la trésorerie de l'Etat, la formation au principe du droit OHADA et aspects juridiques et financiers de la gestion de la dette publique la formation au partenariat Public Privé la formation des agents de la DDPD au contrôle et à l'audit interne.

Il faut par ailleurs indiquer qu'à ces études et formations en vue, s'ajoute le recrutement d'assistants techniques pour des thématiques très spécifiques à la gestion financière que sont le Marché des capitaux et gestion des risques ALM (contingent liabilities), Institutions bancaires, assurances, fonds de pension et financement structurés » a-t-il dit.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.