Congo-Brazzaville: Energie électrique - Une trentaine de cadres formés aux principes de la tarification

Pour favoriser une meilleure structuration de la tarification et de facturation dans la fourniture d'électricité, la société Energie électrique du Congo (E2C) a organisé, à l'endroit d'une trentaine des cadres, une formation visant à renforcer leurs compétences opérationnelles.

Animée par le cabinet International brain consulting (IBC), une structure spécialisée dans le domaine, la formation avait pour objectif de permettre aux bénéficiaires d'acquérir de nouvelles connaissances, tout en maîtrisant le processus de tarification et ses coûts dans le secteur de l'électricité.

Pendant près de deux semaines, ces agents et cadres de l'E2C ont été édifiés sur les avantages que procure la maîtrise des principes de la tarification, les bénéfices d'une structure de prix stables, l'élaboration des formules et bien d'autres aspects nécessaires à la bonne marche de l'entreprise.

« Malgré les différents aléas, au cours de cette longue période d'échanges, je pense que tous les participants ne parleront plus avec hésitation en ce qui concerne la tarification et ses coûts dans ce secteur », a déclaré Emile Opangault, directeur général de l'Agence de régulation du secteur de l'électricité (Arsel).

Pour sa part, David Elongo Omobiono, expert du cabinet IBC, a estimé que ce moment d'échanges a, non seulement, été un apport aux connaissances des uns et des autres, mais également une manière pratique visant à supprimer les écarts de compétence constatés au sein du secteur.

« Si l'on s'en tient aux évaluations des différents participants, les cadres des différentes entreprises du secteur aujourd'hui savent mieux qu'hier ce que c'est que la tarification ainsi que les principes qui la guide. Ils ont les aptitudes requises » , a-t-il précisé.

Par ailleurs, outre cette formation, le directeur de cabinet du ministre de l'Energie, Yannick Nkodia, a annoncé, toujours dans le cadre de l'amélioration de ce secteur, l'organisation de deux séminaires supplémentaires avec pour thèmes: "Le renforcement des capacités juridiques des cadres des administrations et des entreprises intervenant dans le secteur de l'électricité", ainsi que "Le financement des projets dans le secteur de l'électricité".

« Le métier des finances dans l'électricité est complexe et difficile. Renforcer les compétences des différents agents du secteur s'inscrit dans le cadre d'une dynamique de formation continue. La tarification, la facturation et la modélisation ne sont ni figées, ni statiques. Ce sont des variables et analyses de sensitivité qu'il faut ajuster et percevoir, afin d'aider le gouvernement à avoir un outil d'aide à la décision », a-t-il conclu.

Née des cendres de la Société nationale d'électricité, E2C gère, pour le compte de I'Etat, le patrimoine public de l'électricité. Elle a, entre autres missions, d'assurer la planification, le contrôle de I'exploitation et la conservation du patrimoine public de l'électricité, mis à sa disposition par l'Etat , d'assurer la maîtrise d'ouvrage des programmes de réhabilitation, d'extension et de renouvellement des ouvrages nécessaires au service public de l'électricité, mais aussi de conduire ou de participer à des études de toute nature, relatives à la mise en valeur des ressources énergétiques du Congo.

De même, elle est habilitée à prendre éventuellement des participations au capital des sociétés opérant dans les domaines de la production, du transport, de la distribution, de la vente, de l'importation et de I 'exportation de l'électricité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.