Guinée: La dépouille de Mamoudou Barry accueillie à l'aéroport de Conakry

Le corps de Mamoudou Barry, jeune enseignant guinéen victime, il y a deux semaines, d'une agression « raciste » à Rouen, dans le nord-ouest de la France, a été ramené, samedi 3 août, en Guinée.

Tristesse, émotion et douleur se lisaient sur les visages des parents, amis de feu Mamoudou Barry à l'aéroport de Conakry où la dépouille est arrivée sous une fine pluie, peu avant 23H00.

« Aujourd'hui, la famille est sous le choc. Il incarnait un grand espoir au sein de la famille. Nous remercions tout le monde. Les Guinéens sans distinction d'ethnie, de religion ou de région », explique, le visage serré, Abdoulaye, son frère cadet.

Des membres du gouvernement guinéen étaient également présents. Mamadi Touré, ministre des Affaires étrangères et Mamadou Mouctar Diallo, ministre chargé de la Jeunesse, ont aussi compati à la douleur et accompagné la famille.

« Les mots me manquent pour exprimer ici l'émotion vive qui m'anime en ce moment où nous accueillons la dépouille mortelle de notre compatriote.

Le gouvernement suit de très près l'évolution des enquêtes pour élucider le mobile de ce crime odieux. Nous sommes convaincus que justice sera rendue car les crimes racistes ne peuvent être tolérés », a déclaré Mamadi Touré.

A l'aéroport de Conakry, il y avait aussi le chargé d'Affaires de l'ambassade de France, Fabien Talon. « C'est avec une profonde tristesse que nous avons tous appris son décès dans les circonstances tragiques.

Une grande émotion en France également. La justice poursuit son cours. Un individu a été appréhendé et est mis en examen », a-t-il rappelé.

Le cortège funèbre partira, ce dimanche soir, pour la localité de Mamou, située à environ 300 km au nord-est de la capitale guinéenne, où une prière mortuaire est prévue, lundi à la mi-journée, avant l'inhumation à Bolaro, son village natal.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.