Congo-Kinshasa: Meeting de vérité au Camp Luka - Martin Fayulu stigmatise la corruption

Le candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre 2018 poursuit son combat sans fin sur la "vérité des urnes". Cette-fois-ci, l'opposant congolais, Martin Fayulu Madidi, c'est lui qu'il s'agit, a choisi son fief, camp Luka, situé dans la commune de Ngaliema où il est très populaire, afin de tenir son meeting dit de "vérité".

Ce ténor de la coalition Lamuka n'a ménagé aucun effort pour éclairer la lanterne sur sa récente proposition concernant la création du Haut conseil des réformes institutionnelles de la République. D'après lui, ladite réforme institutionnelle serait une vérité des urnes et c'est le seul moyen devant sortir ce pays de la crise de légitimité. Et de cet effet, tout juste en passant, "MaFa" n'a pas hésité de stigmatiser la corruption qui, selon lui, est montée d'un cran depuis l'avènement au pouvoir de Félix Tshisekedi.

En effet, dimanche 4 août 2019, devant une marée humaine à camp Luka, Martin Fayulu n'est pas allé par quatre chemins pour dénoncer haut et fort la corruption qui, à l'en croire, bat son plein au sein des institutions de la République. «Papa avait dit le peuple d'abord, mais aujourd'hui la corruption d'abord... Ils ont donné la Justice à Kabila, comment voulez-vous combattre la corruption ? La corruption est une maladie à virus Ebola dans notre pays, celui qui va se laisser corrompre, il sera considéré comme Ebola», a lâché Martin Fayulu sans mâcher ses mots. Par ailleurs, il a appelé la population congolaise à soutenir le virologue Jean-Jacques Muyembe qui est à la tête multisectorielle de lutte contre la maladie à virus Ebola.

«Ebola est une mauvaise chose. C'est une maladie qui peut détruire tout un pays. On nous a placés le Docteur Muyembe qui avait mis un terme à la maladie à virus Ebola à Bikoro. C'est un digne fils du pays et il connaît bien l'Ebola, il faut qu'on le soutienne, soyons tous derrière le Docteur Muyembe», a-t-il déclaré. Dans son élan, le Président de l'Ecidé a laissé entendre que pour combattre la corruption en RD. Congo, il faudrait des réformes institutionnelles sérieuses en commençant par la CENI. En plus, il a accusé le Président de la CENI Corneille Nangaa de vouloir détruire les résultats des élections du 30 décembre 2018, après avoir volé la victoire du peuple qu'il continue jusqu'aujourd'hui à la réclamer. « Nangaa avait envoyé des gens pour détruire les résultats qui se trouvent dans les machines positionnées dans les antennes provinciales... Ces résultats doivent sortir même après des années. Ces données ne doivent pas être modifiées. Ce sont des archives. Quoi qu'il fasse, la vérité des urnes sera révélée», a fait savoir Martin Fayulu, qui continue à revendiquer la victoire du dernier scrutin présidentiel.

A l'en croire, parlant de la dernière réunion de Lamuka à Lubumbashi, il a signifié que le présidium avait déclaré qu'il va travailler en exhortant ses lieutenants et militants à demeurer unis, disciplinés, vigilants et mobilisés pour déraciner la corruption ou encore les antivaleurs qui handicaperaient le progrès de la RD. Congo. «Sept mois depuis les élections, est-ce que la lumière s'est éteinte ? Est-ce que la flamme s'est éteinte ? Parce que le peuple a dit qu'il voulait le changement. Le peuple a dit que les gens pour qui il a voté ne sont pas dans les Assemblées. Le peuple a dit que les institutions sont illégitimes. Est-ce que vous avez voté pour Félix Tshisekedi ?», s'est-il interrogé.

D'emblée, il a appelé le peuple de rester éveiller et d'avoir toujours la flamme allumée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.