Cote d'Ivoire: CAN 2019 - Le bilan financier toujours attendu

C'est cela la bonne gouvernance. Rendre compte de l'utilisation de l'argent public. C'est l'exercice qu'attendent certains clubs de football du ministère des Sports et de la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Au sortir de la CAN 2019 en Egypte (21 juin-19 juillet) où les Eléphants ont été éliminés en quarts de finale, des clubs et associations réunis au sein du GX ont appelé la tutelle et l'instance dirigeante à donner les détails de l'utilisation des 4,2 milliards F CFA mis à disposition pour la participation de l'équipe nationale à cette 32ème CAN. «Il faut rendre compte aux acteurs et à la population !», ont-ils exigé.

Au niveau du programme général, on retient que la sélection ivoirienne a débuté sa préparation, le 31 mai dernier à Chantilly en France.

Les sélectionnés, à l'exception de Wonlo Coulibaly de l'Asec Mimosas et Ira Tapé du FC San Pedro, ont séjourné dans l'Hexagone. Tout le staff technique et des membres de l'administration y étaient également.

Tout ce monde a quitté la France, le 10 juin, pour les Emirats Arabes Unis, plus précisément à Abu Dhabi où ils y ont été rejoints par les deux sélectionnés de la Ligue 1 ivoirienne.

De cette date jusqu'à son élimination en quarts de finale (11 juillet) et son retour au pays (13 juillet), combien ce séjour a coûté au contribuable ?

Surtout qu'à côté de l'équipe, la Fédération a convoyé une centaine de personnes. L'hébergement, le transport aérien, la restauration, les primes et indemnisées ont été chiffrés à combien ?

C'est ce qui est attendu de la Fédération qui a géré une bonne partie des ressources mises à disposition pour cette CAN 2019.

A côté de la faitière, le ministère des Sports est aussi attendu. La tutelle a séjourné en Egypte avec une forte délégation d'également une centaine de personnes comprenant entre autres de cadres du Ministère, de supporters (Comité national de soutien aux Eléphants-CNSE) et des invités dits VIP du ministre.

Avec un programme taillé sur mesure fait de découvertes (pyramides) et d'excursions sur le Nil, la tutelle a bien apporté son soutien à l'équipe dans sa quête de troisième médaille au pays des Pharaons.

Mais combien s'élèvent-elles les dépenses liées au séjour de tout ce beau monde ? Les Ivoiriens ont suivi le bilan sportif de l'équipe en direct. Cinquième du classement général, les Eléphants sont loin d'avoir été ridicules.

Mais ce qui est attendu du ministre des Sports et du président de la FIF, c'est juste le bilan financier. Sur les 4,2 milliards, combien ont été utilisés ? A quelle fin ? Et combien reste-t-il après l'élimination en quarts surtout que le budget était destiné jusqu'en finale ?

Tout juste de l'autre côté de la frontière Est, l'exemple a été donné par le ministre des Sports ghanéen. L'Honorable Isaac Kwame Asiamah a fait, depuis le 24 juillet dernier, devant le Parlement, l'état des lieux des dépenses liées à la participation des Black Stars à la CAN.

Au pays du Ghana où la bonne gouvernance fait partie des exigences de gestion, on retient que sur un budget de 3,622 milliards F CFA, 2,587 milliards FC CFA ont été utilisés. Le milliard (1,035) F CFA a été rétrocédé aux caisses publiques.

Faire un bilan de l'utilisation des fonds publics est juste un outil de bonne gouvernance. L'exiger, ce n'est que renforcer la vision du chef de l'Etat, Alassane Ouattara qui fait de la bonne utilisation des ressources publiques une priorité.

Vivement que le ministre des Sports et le président de la FIF s'inscrivent dans cette même vision. Pour la Côte d'Ivoire !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.