Madagascar: Mbola Rajaonah-Claudine Razaimamonjy - Trois autres dossiers au Pôle Anti-Corruption

Les deux anciens conseillers spéciaux de Hery Rajaonarimampianina vont de nouveau comparaître devant le PAC pour d'autres affaires les concernant.

L'opérateur économique proche du régime HVM est convoqué de nouveau par le PAC (Pôle Anti-Corruption). Mbola Rajaonah, car il s'agit de lui, devrait ainsi comparaître devant cette juridiction. Selon le procureur auprès du PAC, Rakotomalala Mamy Tantely, il devrait répondre sur deux chefs d'inculpation, à savoir, blanchiment de capitaux et infraction douanière. En attendant sa comparution devant le PAC, il croupit toujours dans la maison de force de Tsiafahy. Tout récemment, plus précisément le 29 juillet dernier, il a comparu devant ce Pôle Anti-Corruption, accusé de chèque sans provision, mais pour cette affaire la juridiction a ordonné l'arrêt de poursuite contre cet ancien conseiller spécial de Hery Rajaonarimampianina. A titre de rappel, il a été placé sous mandat de dépôt dans cette maison de force le 14 février dernier.

Affaire. Le procureur du PAC a parlé également de l'affaire Claudine Razaimamonjy. Cette dernière sera auditionnée pour un seul chef d'inculpation. Pour le secret de l'instruction, le procureur n'a pas indiqué quelle est cette affaire dans laquelle est impliquée cette milliardaire qui fait toujours parler d'elle, même si elle croupit encore en prison. Toujours d'après ce juge, elle sera auditionnée par la Cour criminelle au sein du PAC, qui devrait être opérationnelle avant la fin du mois. Notons que cette ancienne conseillère spéciale auprès de la Présidence est en détention préventive depuis juin 2017. Soit un peu plus de deux ans.

Décisions de condamnation. Toujours à propos du PAC, la direction de coordination nationale des pôles anti-corruption et pôle anti-corruption Antananarivo a présenté son rapport d'activités, de juin 2018 à juin 2019, hier, à l'hôtel Ibis Ankorondrano. Ainsi, depuis son lancement officiel le 15 juin de l'année dernière, le PAC Antananarivo a reçu 393 dossiers dont 141 de la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPEAC) et 252 nouvelles affaires. 78 dossiers ont été jugés par cette juridiction. De juin 2018 à juin 2019, 152 dossiers ont été enrôlés au niveau de la Chambre correctionnelle. Elle a jugé 78 dossiers au cours de cette période, 60% de jugements rendus ont été frappés d'appel. Cette Chambre a renvoyé 74 dossiers à la fin du mois de juin 2019. Le taux d'évacuation est de 51%. Concernant les décisions de condamnation, toujours dans la même période, le nombre de prévenus jugés a été de 221 personnes dont 137 ont été relaxées et 84 condamnées. Les peines ont été prononcées contre 55 personnes de simples citoyens malgaches, 6 personnes de nationalités étrangères et 23 agents publics.

Infractions. A propos des activités du Parquet 1er degré, durant ce laps de temps, 252 nouvelles affaires ont été consignées dans le registre des plaintes du parquet près le PAC Antananarivo. 250 dossiers ont été réglés dont 77% des dossiers ont fait l'objet de réquisitoire introductif devant les cabinets d'instruction préparatoire, 13% des dossiers en information sommaire et 4% selon la procédure de citation directe devant le tribunal correctionnel. Quant à la répartition des dossiers au niveau du Parquet, elle se présente comme suit, infractions économiques et financières : 40,1% traités au niveau du PAC, infractions de corruption et assimilés:25,7%, infractions douanières et minières:6,4%, blanchiment de capitaux:3%, infractions minières : 0,2%. Pour les autres infractions, elles sont de l'ordre de 24, 5%, entre autres, traites des êtres humains, association de malfaiteurs et commerce illégal des espèces de faunes et flores sauvages. Toujours est-il qu'au cours d'une année de fonctionnement du PAC d'Antananarivo, la plupart des prévenus sont de sexe masculin (73%).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.