Soudan: Militaires et civils signent un accord

Après des semaines de violence, les militaires au pouvoir et les meneurs de la contestation ont paraphé, le 4 août, une déclaration constitutionnelle ouvrant la voie au transfert du pouvoir à une nouvelle instance de transition dominée par les civils.

« Les deux parties sont pleinement d'accord sur le document constitutionnel et poursuivent leurs réunions ce soir pour discuter des arrangements techniques en vue de la cérémonie de signature officielle devant le peuple soudanais et en présence de leurs amis en Afrique et dans le monde », avait déclaré la veille, l'envoyé de l'Union africaine pour le Soudan, Mohamed El-Hacen Lebatt.

Ahmed al-Rabie, un des principaux responsables de la contestation, et Mohammed Hamdan Daglo, numéro deux du Conseil militaire au pouvoir, ont signé la déclaration lors d'une cérémonie durant laquelle étaient présents les médiateurs de l'Union africaine et de l'Éhiopie.

La déclaration s'appuie sur un accord historique de partage du pouvoir signé le 17 juillet et prévoit la mise en place d'un organe décisionnel mixte civil-militaire. Cet organe est chargé de superviser la formation d'un gouvernement civil de transition et d'un parlement pour gouverner pendant une période de transition de trois ans.

Cet accord est le fruit de négociations difficiles entre les dirigeants des manifestations de masse qui ont éclaté en décembre dernier contre le régime du président Omar el-Béchir et les généraux qui l'ont finalement évincé en avril.

L'instance dirigeante, appelée Conseil souverain et composé de cinq militaires et de six civils, sera chargée de mener, avec un Parlement, la transition pendant un peu plus de trois ans, selon les termes de la déclaration politique convenue entre les deux parties le 17 juillet.

« Les membres du Conseil souverain seront désignés le 18 août, le Premier ministre le 20 août et les membres du gouvernement le 28 août », a déclaré Monzer Abou al-Maali, précisant que l'accord global sur l'instauration d'un pouvoir civil sera signé le 17 août.

La déclaration constitutionnelle s'ajoute à la déclaration politique convenue le 17 juillet. Les deux forment l'accord global dont l'application marquera le début de la période de transition de trois ans, qui devrait aboutir à des élections libres. La nouvelle instance de transition sera formée le 18 août.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.