Nigeria: Le leader emprisonné du groupe MIN autorisé à se faire soigner en Inde

Abuja, août 2018: manifestation de chiites militants ou sympathisants du MIN en soutien au cheikh Ibrahim el-Zakzaky pour le 1000e jour de sa détention (illustration).

Ibrahim Zakzaky, fondateur du Mouvement islamique du Nigeria emprisonné depuis 2015 avec son épouse, a finalement obtenu l'autorisation du tribunal de Kaduna, au nord du pays, de quitter le territoire pour suivre un traitement médical en Inde.

Le tribunal de Kaduna a créé la surprise lundi 5 août. Personne n'avait vu venir cette décision alors que la justice nigérianne fait traîner le procès d'Ibrahim Zakzaky depuis quatre ans.

Le MIN est un mouvement représentant la minorité chiite au Nigeria, inspiré par la révolution iranienne. Son fondateur a été emprisonné il y a quatre ans, à la suite de heurts entre ses militants et l'armée nigérianne lors d'une procession religieuse. Ibrahim Zakzaky est accusé de meurtre, d'homicide involontaire, de rassemblement illégal et de trouble à l'ordre public. La décision de l'envoyer en Inde, pourrait être une tentative de désamorcer les tensions avec le MIN.

Il faut dire que les tensions ont été particulièrement fortes ces dernières semaines, alors que les partisans du MIN ont manifesté quasi quotidiennement à Abuja, la capitale, pour obtenir la libération de leur leader. Le point d'orgue est atteint le 22 juillet, quand des violences durant une marche, tuent six manifestants, un journaliste et un policier. Quelques jours plus tard, le gouvernement nigérian interdit le MIN et la police l'inscrit au registre « des groupes terroristes ».

Bien que minoritaires, les chiites nigérians représentent quand même plusieurs millions de personnes dont beaucoup se revendiquent du MIN. Vus les récents évènements, il suffirait d'une étincelle pour mettre le feu aux poudres. Et le décès du cheikh Zakzaky dont la santé ne cesse de se dégrader depuis son incarcération, pourrait avoir des conséquences désastreuses. D'où, sans doute, cette décision de la justice nigériane.

De son côté, le parquet quant à lui, a affirmé hier étudier encore la possibilité de faire appel de ce jugement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.