Sénégal: La mise à niveau des compagnies d'électricité, préalable pour assurer l'approvionnement en combustibles

Dakar — La mise à niveau des compagnies d'électricité est le seul moyen de mettre fin aux difficultés qu'elles rencontrent quasiment partout en Afrique en matière d'approvisionnement en combustibles, a déclaré lundi le directeur de cabinet du ministère du Pétrole et des Energies, Abdoulaye Dia.

"Dans beaucoup de nos pays, vous avez des infrastructures : ces compagnies d'électricité, réalisées par l'Etat, donc par le contribuable. Et souvent les machines sont à l'arrêt faute de combustible, en général pour défaut de paiement. Donc, la mise aux normes est un préalable pour résoudre ce problème qui est vécu partout en Afrique", a-t-il affirmé.

Abdoulaye Dia s'exprimait à l'occasion d'un atelier régional sur le butane, organisé par l'Association des raffineries d'Afrique (ARA), une plateforme d'échanges entre experts et professionnels des métiers du raffinage pour partager les meilleures pratiques entre les différentes raffineries et autres acteurs de l'aval africain.

Selon M. Dia, tous les Etats africains se trouvent aujourd'hui confrontés à des situations précaires dans le sens où ils doivent à tout moment faire face à un dilemme : avoir des compagnies rentables qui répondent aux normes et aux standards des véritables compagnies internationales, et faire le service public qu'il faut à tout moment, pour préserver la stabilité sociale.

"Mais si l'on veut que cette question soit réglée (... ), on doit commencer par mettre aux normes l'ensemble de nos entreprises", a-t-il préconisé. Pour lui, il est inconcevable de faire partie d'un "monde aussi évolutif" et vouloir "rester dans une gestion antérieure".

Selon lui, la mise aux normes veut dire que "nos compagnies doivent disposer de procédures" ainsi que de "systèmes d'informations capables de traverser les périodes de mutations".

"Elles doivent également disposer de ressources humaines de qualité, qui peuvent permettre une survivance, c'est-à-dire traverser les périodes. Mais également avoir des comptes arrêtés tous les ans sans réserve", a-t-il indiqué.

En plus, "elles doivent être capables elles-mêmes de se prendre en charge au plan de leur financement, le financement de l'investissement, mais également le financement de l'exploitation", a-t-il ajouté.

C'est ainsi qu'"elles pourront voler de leurs propres ailes et être capables d'honorer les factures pétrolières très lourdes vis-à-vis de leurs sœurs siamoises que sont les compagnies de raffinage", a-t-il soutenu.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.