Afrique de l'Ouest: UEMOA - Le montant des crédits en hausse de 17,5% en 2018

«L'offre de crédits bancaires dans l'Union s'est inscrite en hausse de 17,5% en 2018, ressortant à 14.849,1 milliards, contre 12.633,2 milliards en 2017.

Par objet, les progressions sont relevées pour les crédits d'exportation (+201,0%), d'équipement (+28,7%), de consommation (+27,8%) et de trésorerie (+13,9%).

En revanche, les crédits destinés à l'habitation se sont inscrits en baisse de14, 3%. Presque 2/3 des crédits octroyés sont destinés à la trésorerie (63%) suivie de la consommation (13%) ».

L'information est de la Banque centrale des états de l'Afrique de l'ouest (Bceao) dans son « Rapport sur les conditions de banques dans l'Uemoa en 2018 ». Elle souligne que la hausse du montant des nouveaux crédits a été notée dans tous les pays, à l'exception du Bénin. L'augmentation est relevée en Guinée-Bissau (+43,9%), au Sénégal (+33,9%), en Côte d'Ivoire (+18,9%), au Niger (+11,8%), au Mali (+9,8%), au Togo (+5,9%) et au Burkina (+4,8%). En revanche, les nouvelles mises en place de crédits se sont contractées de 1,9% au Bénin.

Selon la nature des bénéficiaires, renseigne la même source, le volume des crédits octroyés dans l'Union a augmenté en 2018 pour les Etats et les organismes assimilés (+40,6%), les entreprises individuelles (+19,1%) et les particuliers (+8,1%).

Pour la clientèle financière des banques, le montant des mises en place s'est replié de 31,5%. La structure des crédits selon la catégorie de la clientèle, indique la prédominance des crédits aux entreprises privées (53,8%), en lien avec l'importance des crédits de trésorerie.

Les crédits aux particuliers représentent 14,0% des montants accordés en 2018. Par rapport à la durée des concours bancaires mis en place en 2018, les crédits à court terme demeurent les plus importants.

En effet, la part des crédits dont l'échéance est égale ou inférieure à deux ans est ressortie à 75,3% contre 74,6% enregistrée l'année précédente. Toutefois, il est noté un maintien de la dynamique haussière des crédits de longue durée (supérieure à 5 ans) dont la part est ressortie à 12,3% des concours en 2018, contre 14,0% en 2017 et seulement 7,1% il y a trois ans.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.