Cameroun: « Le lait maternel est un vaccin »

Pr. Anne Esther Njom Nlend, présidente nationale de l'Association camerounaise des femmes médecins (Acafem).

Qu'est-ce qui justifie la baisse du taux de l'allaitement maternel exclusif au Cameroun ? Cela est dû au fait que certaines mamans introduisent des aliments qui ne sont pas nécessaires. Les aliments introduits provoquent des risques d'allergie, entraînent des problèmes infectieux. Ceci, parce que, lorsque l'allaitement maternel n'est pas exclusif, il y a des risques de diarrhée, d'infections respiratoires, de tractus respiratoire. Avec ce que nous appelons programmation métabolique, lorsque cela n'est pas bien conduit, il y a, en plus, une prédisposition à l'obésité qui va générer tous les problèmes qu'on connaît chez l'adulte. Avec tout le panel de maladies cardiovasculaires, hypertension et syndrome métabolique à l'âge adulte. Pour ce qui est des mères séropositives, celles-ci peuvent allaiter librement. Sachant qu'on ne peut plus parler d'allaitement sans couverture antirétrovirale.

Et si une femme est sous ARV et qu'elle prend ce médicament correctement, il n'y a pas de virus dans son lait. Son lait n'est donc pas infecté. Actuellement, les recommandations sur les femmes séropositives sont presque identiques chez les femmes de sérologie négative. L'essentiel étant qu'elles prennent sérieusement leur traitement antirétroviral. Quels conseils donnez-vous aux mamans qui n'allaitent pas leurs bébés ? Le lait maternel est le premier cadeau pour le nouveau-né. C'est un vaccin plein d'éléments anti-infectieux, anti-allergie et plein de facteurs protecteurs. Il n'y a pratiquement pas de contre-indication médicale à l'allaitement maternel. L'enfant n'a besoin de rien pendant ses six premiers mois. Il a tout ce dont il a besoin dans l'allaitement maternel : les glucides, les protéines et lipides en quantité suffisante, etc. C'est donc à partir de six mois qu'il faut ajouter des compléments alimentaires pour assurer la croissance optimale du bébé.

Ceci, parce que l'allaitement maternel seul ne suffit pas. Les mamans qui n'allaitent pas pour des raisons liées à leur travail à l'extérieur peuvent recevoir notre aide. C'est pourquoi nous essayons de mettre des cellules de consultance de lactation pour aider ces mamans à traverser différents caps. Notamment, à extraire le lait, à le conserver à température ambiante pendant 6 à 8 heures, éventuellement, à le conserver au réfrigérateur pendant 24 heures et même bien au-delà au congélateur si c'est nécessaire. Ainsi, quand elles sont au travail, on peut facilement le donner à l'enfant. En dehors de la relation mère-enfant, c'est économique pour le couple. Ça aide également la mère par rapport à l'involution utérine qui va réduire la maladie post-partum. Quelles conséquences l'absence de l'allaitement maternel a sur le nourrisson ? Si on prend deux populations dans un pays. Chez celle dont les enfants n'ont pas reçu l'allaitement maternel, l'on observera une surmortalité.

Et si les enfants ne meurent pas, il y aura une sur-morbidité. Ils auront plus de diarrhées, seront plus hospitalisés et ils auront plus de bronchite ou de pneumonie. Et si malgré cela, ils atteignent l'âge adulte, ils ont plus de risque d'avoir l'obésité ou des syndromes métaboliques. Et tout cela a un coût alors que l'allaitement maternel va réduire toute cette morbidité pour améliorer la survie. Il n'y a aucun doute que l'allaitement maternel est un bon pari. D'après les études menées par des spécialistes du domaine, il est donc recommandé de pratiquer l'allaitement maternel exclusif de 0 à 6 mois. Malheureusement, cela n'est pas pratiqué dans les faits.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.