Burkina Faso: Procès du putsch «Diendéré n'a jamais tiré sur quelqu'un», Me Jean Degli

Le général Gilbert Diendéré

A l'audience du procès du putsch manqué du vendredi 2 août 2019, l'avocat du général Gilbert Diendéré, Me Jean Degli, a soutenu que le jugement a une connotation politique, car il ressemble à une «vengeance» du parquet et de la partie civile.

Durant 7 heures, l'avocat du général Gilbert Diendéré, Me Jean Degli, a tenu en haleine, le 2 août 2019 l'assistance de l'audience du procès du putsch manqué. Sa plaidoirie a porté sur «les irrégularités» qui ont entaché la procédure. «Le général Diendéré était proche du pouvoir pour le prendre, mais il n'a jamais essayé de le faire. Mieux, il a été le médiateur, le pompier au service de la Transition politique. Il a sauvé une situation pendant le putsch manqué, sinon, cela pouvait se terminer en affrontement entre deux parties de l'armée. Et c'est cet homme que le ministère public poursuit sur la base du régime Compaoré, car il n'a pas de preuve contre lui», a déclaré l'avocat. Selon lui, ce procès n'est rien d'autre qu'une vengeance du parquet militaire et de la partie civile contre le général. Leur attitude, a dénoncé l'auxiliaire de justice, s'est traduite par la violation de ses droits.

A l'écouter, cette hargne a commencé dès le début de l'instruction. «Le droit de l'accusé à l'information a été bafoué, car il n'a jamais su ce pourquoi il était poursuivi. Le général était obligé de se défendre, de chercher à prouver son innocence. L'accusé a été traité en présumé coupable. La présomption d'innocence à lui accordée a été violée», a-t-il indiqué. Me Degli a souligné qu'en sus, son droit à un avocat n'a pas été respecté, car, selon l'article 14 du pacte international de justice, le prévenu doit avoir le libre choix de son conseil et de communiquer librement et seul avec celui-ci.

Mais cela n'a pas été respecté, car, à entendre l'homme de droit, le prévenu était obligé de communiquer avec Me Mathieu Somé à portée de vue et d'ouïe de la gendarmerie, à la Maison d'arrêt et de correction de l'armée (MACA). Aussi, l'avocat a regretté que pendant l'instruction du dossier, le juge qui devrait interroger les responsables ayant signé l'ordre de mission pour aller chercher le matériel de maintien d'ordre au Togo et en Côte d'Ivoire, ne l'ait pas fait. A cela, s'ajoute, a-t-il dénoncé, la non-réalisation de l'expertise du téléphone portable de l'adjudant Jean Florent Nion. «Celui-ci dit avoir reçu un message du général lui demandant de faire un coup d'Etat. Alors pourquoi avoir remis une pièce à conviction aux parents de Nion sans avoir fait l'expertise» ? s'est demandé Me Jean Degli. Pour lui, pendant le procès, les droits de la défense ont également été violés, et, ce, à travers la tentative du parquet d'imposer sa volonté dans la procédure.

Le général, identifié à Compaoré ?

«Le parquet s'est érigé en détenteur d'imperium. Pourtant, c'est le rôle du président du tribunal. En plein procès, le ministère public a pris un réquisitoire pour fournir des informations sur les différentes communications des accusés et a même refusé de faire comparaître des témoins à décharge», a fait remarquer M. Degli. Et celui-ci d'indiquer que l'attitude du parquet s'est poursuivie dans ses réquisitoires. Sous la bannière de l'article 67 du Code pénal ancien, il a requis des peines lourdes contre des accusés, sans apporter les preuves. «Cela démontre leur haine du régime Compaoré et la volonté de détruire le général. C'est pourquoi, il sollicite la perpétuité et la rétrogradation de l'accusé.

Leur objectif est la victoire, la vérité qui permet de soutenir une cause», a expliqué l'avocat. Cependant, Jean Degli a précisé que cette vindict ne va pas aboutir, car le rôle du président du tribunal est de rendre une justice impartiale en vue de favoriser le vivre-ensemble des Burkinabè. «Si le tribunal le condamne, ce sera simplement une décision politique ou de l'injustice», a-t-il martelé. Face à ce qu'il qualifie de «vengeance de l'adversaire», Me Jean Degli a invité les parents des victimes à mettre un visage sur les auteurs des meurtres. «Certes, les mots de compassions n'apporteront pas la réparation, mais les condamnations à des peines lourdes des accusés ne seront pas d'un réconfort pour vous. Ce n'est qu'une vengeance civilisée de la loi du talion», a-t-il précisé. Pour lui, la condamnation à perpétuité du général ne ramènera jamais à la vie les 13 personnes mortes au moment des faits, ni ne cicatrisera les blessures déjà causées.

La seule justice qui vaille, à son sens, est celle de Dieu. «Alors, ce que vous devez savoir, c'est d'identifier les véritables auteurs des crimes. Cependant, il est impossible de les désigner, car il n'existe aucune preuve. Le parquet, au lieu de s'atteler à cette tâche, soutient une certaine théorie de conséquences prévisibles pour faire croire que l'ex-RSP et le général sont les auteurs d'un prétendu attentat à la sûreté de l'Etat. Pourtant, Diendéré n'a jamais tenu de fusil, ni tiré sur quelqu'un encore moins donné l'ordre de tuer ou de maintenir l'ordre», a noté Me Degli. L'audience reprend ce mardi 6 août 2019 à 9 heures avec toujours la plaidoirie de l'avocat Jean Degli.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.