Burkina Faso: Affaire charbon fin - IAM Gold Essakane et Bolloré Transport & Logistics poursuivies

La société minière IAM Gold Essakane SA aurait-elle exporté frauduleusement de l'or du Burkina Faso vers le Canada ? Le procureur général près la Cour d'appel de Ouagadougou, Laurent Poda, a donné une réponse à cette interrogation le mardi 6 août 2019 au cours d'une conférence de presse.

A ce jour, deux personnes morales, à savoir la société minière en question et la société Bolloré Transports & Logistics SA Burkina Faso (BTLSA-BF), sont poursuivies. En outre, 12 personnes physiques doivent répondre de leurs actes devant la justice.

Voilà une sortie qui coupe court à la rumeur. Quand l'affaire dite d'exportation frauduleuse de l'or par la société minière IAM Gold Essakane SA a été rendue publique, la mine ainsi que le ministère des Mines et des Carrières ont rencontré tour à tour les hommes de médias pour montrer qu'ils sont propres.

L'opposition politique de son côté n'en démordait pas. Dans ses traditionnelles conférences de presse des mardis qui ont suivi la levée du lièvre, elle ne cessait de dénoncer ce qu'elle a appelé « un grave scandale avec la complicité des membres du gouvernement ».

A quel saint se vouer ? Assurément, c'est à la justice qu'il revient de faire la lumière sur cette affaire. Le 6 août dernier, elle a dit à quel stade de traitement était le dossier. « Des conférences de presse comme celle que nous tenons actuellement ont été faites.

La nôtre a pour but d'informer le public de l'existence effective de cette affaire au niveau de la justice et de dire à quel stade de traitement se trouve le dossier.

Pour ce qui est du reste, j'invite la population à suivre la procédure qui est en cours, à se départir des rumeurs et autres supputations et à faire foi à notre justice qui avance, même si ce n'est pas du goût de tout le monde, mais qui avance quand même », a affirmé le procureur général, Laurent Poda.

A ce jour, selon le magistrat, deux personnes morales, la société IAM Gold Essakane SA et la société Bolloré Transports & Logistics SA Burkina Faso, sont poursuivies.

En outre, 12 personnes des deux sociétés citées plus haut, de la DGMG, du BUMIGEB et de la DGD sont poursuivies.

Les personnes physiques et morales poursuivies comparaissent en principe ce matin à l'audience correctionnelle du pôle économique et financier du tribunal de grande instance de Ouagadougou.

Il convient de souligner, a rappelé le procureur général, que l'ensemble de ces personnes bénéficient de la présomption d'innocence.

Sur la présumée implication du ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, le principal animateur de la conférence de presse a déclaré que le dossier serait transféré à la Haute Cour de justice. Il reviendra à cette juridiction d'aviser.

Il faut dire que le procureur général a laissé ses interlocuteurs sur leur soif : concernant le parallélisme des formes, il aurait rendu service aux hommes de médias en donnant aussi les noms des 12 personnes physiques poursuivies dans cette affaire. Pourquoi garder secrets leurs noms ?

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.