Cameroun: Mobilisation internationale pour la libération de l'artiste Camerounais Valsero

Le rappeur engagé, qui dénonce depuis une vingtaine d'années les turpitudes du régime de son pays a aussi été emporté par la vague d'arrestation d'opposants au Cameroun.

C'est depuis le 26 janvier dernier que Valsero, Gaston Abe Abe de son vrai nom, est enfermé à la prison de Kondengui, à l'instar de plusieurs milliers d'autres détenus, au nombre desquels des opposants au régime du président Paul Biya.

C'est l'implication du rappeur dans les manifestations initiées par l'opposant Maurice Kamto et le mouvement pour la renaissance du Cameroun qui lui ont couté sa liberté.

Six mois après son arrestation, Tiken Jah Fakoly associe sa voix à celle des artistes Camerounais pour inviter les dirigeants à libérer Valsero.

Il estime dans une déclaration postée sur Youtube que sa place n'est pas dans une prison.

Valsero ne cachait pas son engagement en politique, et, dans ses chansons, il critique vertement le régime en place. Il dénonce notamment le manque de perspectives du pouvoir et d'initiatives au profit de la promotion de la jeunesse.

Paul Patrick Beyeme, alias Ra-Syn, rappeur allemand d'origine camerounaise dit comprendre qu'on reproche à son homologue et ami personnel son engagement très poussé en politique. Mais Ra-Syn reste optimiste quant à sa libération.

A l'instar des artistes, Amnesty International a également lancé une pétition pour exiger la relaxe de Valsero ainsi que celle des 130 autres opposants et membres de la société civile arrêtées en même temps que lui.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.