Cote d'Ivoire: Lutte contre le travail des enfants - Dominique Ouattara explique les actions menées à une délégation du Congrès américain

Dominique Ouattara, présidente du Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l'exploitation, le travail des enfants '(Cns), par ailleurs Première dame, a échangé le lundi 5 août 2019, avec une délégation du Congrès américain. C'était à son cabinet sis à Cocody.

La délégation américaine conduite par Gwendolynnes Moore, député de l'Etat de Winsconsin et Dwight Evans, député de l'Etat de Pennsylvanie, a voulu comprendre et apprécier les actions menées par la Côte d'Ivoire en vue de freiner le travail des enfants dans la cacaoculture.

La Première dame leur a expliqué les actions menées par la Côte d'Ivoire en vue de trouver une solution à cette problématique.

Au sortir de cette rencontre, Dwight Evans, député de l'Etat de Pennsylvanie, a confié : «Je voudrais remercier la Première dame pour son accueil et pour tout le travail qu'elle abat dans le cadre de la lutte contre le Travail des Enfants dans le secteur de la production du cacao.

Nous souhaiterions voir comment travailler avec la Côte d'Ivoire dans ce domaine. Nous savons que le travail à abattre est énorme pour arriver à éradiquer le phénomène. Cependant, nous avons été encouragés par les discussions».

Pour Dominique Ouattara, il était utile de rencontrer cette délégation américaine. Elle a expliqué les actions menées pour éradiquer cette problématique.

Entre autres, la création du Cns et du Cim, la loi sur l'école obligatoire pour les enfants de 6 à 16 ans, les campagnes de sensibilisation contre ce phénomène.

Concernant la menace d'un embargo sur la Côte d'Ivoire, la présidente du Cns dira que c'était injuste de mettre en difficulté tous les efforts des producteurs et l'économie d'un pays pour des incompréhensions.

Dominique Ouattara ne s'arrêtera pas à ce stade. Elle entend rencontrer en septembre prochain les deux sénateurs américains qui réclament cette sanction contre la Côte d'Ivoire pour expliquer toutes les actions entreprises dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants.

Patrick Achi, secrétaire général de la Présidence de la République, a affirmé que la cacaoculture occupe une place significative dans l'économie ivoirienne. C'est pourquoi, un embargo sur sa production serait un coup fatal pour les nombreux producteurs et par ricochet pour le pays.

Signalons que Pascal Kouakou Abinan, ministre de l'Emploi et de la Protection sociale et président du Comité interministériel de lutte contre la traite, l'exploitation et le travail des enfants (Cim), Yves Ibrahima Koné, directeur général du Conseil café-cacao, Dramane Haïdara, représentant pays du Bureau international du travail, ont participé à cette rencontre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.