Congo-Kinshasa: Futur gouvernement congolais - Long travail pour un accouchement difficile

Cette fois, ils sont dans le vif du sujet. Sept mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisékédi, et son premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, viennent d'amorcer la dernière ligne droite qui doit conduire au futur gouvernement.

Le numéro 2 de l'exécutif a en effet entamé, hier mercredi 7 août, l'ultime cycle des tractations entre les délégués du CACH (Cap pour le changement) et du FCC (Front commun pour le Congo), le tandem qui dirige le pays depuis le scrutin du 30 décembre 2018.

Le 29 juillet dernier, les deux partenaires circonstanciels s'étaient mis d'accord sur le partage du butin gouvernemental. Sur les 65 membres que la prochaine équipe devra compter, 42, soit les deux tiers, rappelons-le, vont revenir au FCC, et les 23 autres au regroupement présidentiel. Une situation pour le moins curieuse où « Fatshi » sera minoritaire dans son propre gouvernement.

Mais pouvait-il en être autrement étant dit que le PPRD (Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie) de Joseph Kabila et ses alliés est majoritaire dans les deux chambres du Parlement ainsi que dans la plupart des provinces ?

A cela s'ajoutent les circonstances dans lesquelles le président "démocratiquement élu" a été installé aux affaires par son prédécesseur : à l'issue de combines politiciennes pour le moins douteuses mais néanmoins cautionnées par la communauté internationale qui a préféré passer par pertes et profits Martin Fayulu, le probable véritable vainqueur de l'élection, au nom de la première transition démocratique de l'histoire de la RDC

C'est donc dans l'ordre normal des choses que le FCC se taille la part du lion, non seulement sur le plan numérique mais aussi en matière qualitative puisque ses représentants vont bénéficier de morceaux parmi les plus viandeux de la République, tels les Finances et les Mines.

Autant dire que l'enjeu majeur de la manche qui a commencé hier est de mettre des noms en face de chaque portefeuille. Ce qui n'est certainement pas la tâche la plus aisée à accomplir vu que, à chaque maroquin, il y aurait une bonne centaine de prétendants.

On a beau être dans l'un des pays les plus vastes et les plus peuplés du continent avec 2,345 millions de kilomètres carrés et ses plus de 90 millions d'habitants, on se croirait plutôt face à un concours d'entrée à la Fonction publique qu'à la formation d'un gouvernement.

Qu'importe tout cela au demeurant, les concitoyens de Félix Tshisékédi sont pressés de voir ce véritable serpent de mer sortir des eaux pour savoir à quoi il ressemble.

Ceux qui sont dans le secret des dieux du palais de la Nation promettent en tout cas qu'après ce long travail, l'accouchement interviendra dans les prochains jours, au plus tard le 15 août.

On attend de voir, tant ces genres de projections se sont révélées bien souvent fausses par le passé dans ce pays, à tel point que les Congolais ne savent plus finalement à quelle date se vouer.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.