Congo-Kinshasa: Cobalt - Un géant à la porte de sortie

Le suisse Glencore va stopper la production de la mine Mutanda Mining dans le Lualaba, dès cette fin d'année, en raison de l'effondrement des cours de ce précieux minerai. Le Lualaba est une province à vocation minière qui tente jusque-là sans succès de freiner sa dépendance aux matières premières.

Mutanda Mining est la plus grande mine de cobalt au monde et un motif suffisant de fierté pour les autorités politico-administratives du Lualaba, une des quatre provinces issues du découpage de l'ex-Katanga en 2016. Ce métal, du reste, incontournable pour la fabrication des batteries électriques a connu une chute assez spectaculaire. Selon « The Financial Times » cité par nos collègues de Média Congo, cette situation devrait avoir forcément une incidence plutôt préoccupante sur l'économie RD-congolaise et celle du Lualaba en particulier. En effet, Glencore va fermer la mine de Mutanda Mining car elle n'offre plus la viabilité économique nécessaire pour poursuivre l'aventure. Il s'agit de la substance même de la lettre adressée aux employés de la mine.

Officiellement, la mine fonctionnera jusqu'à la fin de l'année avant d'entrer sous « supervision et maintenance ». L'on n'exclut pas tout de même la production à une date ultérieure, en suivant de près l'évolution des tendances internationales. Pour le prestigieux journal, cette décision serait la conséquence combinée des dernières révélations sur d'éventuels contacts entre la compagnie suisse et l'homme d'affaires Dan Gertler, et l'imposition des taxes plus élevées en vertu d'un nouveau Code minier entrée en vigueur l'année dernière. Ces révélations auraient, poursuit le journal, pousser le département américain de la Justice des États-Unis d'Amérique à initier une enquête sur Glencore afin de vérifier ses pratiques commerciales en RDC et dans d'autres pays.

Mais en se référant à la lettre dont les grandes lignes sont reprises par The Financial Times, l'employeur a pris cette décision en raison de la baisse significative du prix du cobalt, de l'inflation accrue due à certains de nos principaux coûts de production et des taxes supplémentaires du Code minier. Nous parlons bien d'une chute atteignant les 40 % rien que cette année, à la suite de l'augmentation de l'offre en RDC. Quant à cette mine au bord de la fermeture, elle a réussi à extraire près de 200 000 tonnes de cuivre l'année dernière et plus de 27 000 tonnes de cobalt. Cette mine a répondu ainsi à un cinquième de la demande mondiale en cobalt.

Le prix à payer sera lourd pour la province du Lualaba qui détient, il faut le rappeler, une grande partie des gisements de cuivre et de cobalt de l'ancienne province du Katanga. À juste titre, elle est baptisée la capitale mondiale du cobalt. Près de 60 % de la production mondiale du cobalt vient du Lualaba. Contrairement aux propos des autorités locales sur l'importance du cobalt de sa province dans le monde, le Lualaba devrait traverser une période très orageuse dans les jours qui viennent.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.