Afrique du Sud: HRW recommande une décriminalisation de la prostitution

Dans un rapport publié ce mercredi, Human Rights Watch interpelle le gouvernement sud-africain et recommande de décriminaliser la prostitution dans le pays afin de lutter plus efficacement contre les violences faites aux femmes et la transmission du VIH/Sida.

La plupart des travailleuses du sexe en Afrique du Sud sont « des femmes noires pauvres », qui ont du mal à accéder à la prévention et aux traitements du fait d'une législation trop sévère.

« La criminalisation rend la vie encore plus difficile pour des femmes particulièrement vulnérables, nous explique Skye Wheeler, l'un des auteurs de ce rapport.

Cela augmente les violences faites aux femmes, et rend ce travail encore plus dur et dangereux qu'il ne l'est déjà.

Cela les empêche également d'accéder aux soins médicaux. L'Afrique du Sud a le taux d'infection au VIH le plus élévé du monde. La décriminalisation est la clé pour protéger les travailleuses du sexe.

C'est seulement quand ces travailleuses ont accès aux soins, ne sont pas stigmatisées ou peuvent par exemple avoir accès aux préservatifs que leur santé s'améliore.

Si on traite une partie de la population comme des criminels ou qu'on les marginalise encore plus, on réduit les chances de vaincre une pandémie comme le VIH/SIDA ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.