Nigeria: Le chanteur Tekno entendu par la police après le tournage d'un clip

L'artiste nigérian Augustine Miles Kelechi, plus connu sous le nom de Tekno, a été entendu par la police de Lagos mercredi 7 août. Il lui est reproché d'avoir lancé des billets à des danseuses légèrement vêtues dans les rues de Lagos.

Le chanteur, qui fait partie du casting d'artistes africains choisis par la chanteuse américaine Beyoncé pour son dernier album, a été un peu piégé par une situation qui a créé la confusion et le buzz.

Tout part de vidéos virales publiées sur les réseaux sociaux le week-end dernier. On y voit le chanteur Tekno assis, entouré de quatre danseuses en petite tenue dans un grand box vitré à l'arrière d'une camionnette roulant dans les rues de Lagos.

Les badauds en profitent alors pour faire des photos et des vidéos. Le problème, c'est que les images tournées sont vite repérées par la police nigériane.

Mercredi, le chanteur de 26 ans a dû s'expliquer au poste avec deux de ses danseuses. La police estime que les actes commis relèvent de l'indécence publique et sont passibles de trois ans d'emprisonnement.

Mea culpa sur Instagram

Tekno n'a pas tardé à faire son mea culpa sur son compte Instagram en tentant d'expliquer la situation. L'artiste nigérian tournait un clip avec son équipe en vue du lancement de son prochain single.

Le véhicule publicitaire entièrement vitré a été utilisé pour rejoindre un autre lieu de tournage à l'autre bout de la ville.

Peace and love

Une publication partagée par TEKNOMILES (@teknoofficial) le 4 Août 2019 à 5 :00 PDT

Quant à la danse suggestive qui a eu lieu dans ce même véhicule, Tekno s'excuse d'avoir pu choquer ou offenser certaines personnes et assure que ce n'était pas intentionnel.

Parmi les nombreuses réactions des internautes, certains regrettent l'intervention de la police en soulignant qu'il y a bien d'autres priorités en ce moment dans l'actualité du Nigeria.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.