Cameroun: Riz camerounais - Des défauts dans le circuit de distribution

Commerçants et consommateurs déplorent la rareté, voire l'indisponibilité de cette denrée appréciée de tous.

« Le riz camerounais a plutôt bonne presse. Le problème qui se pose, c'est sa disponibilité », confie Thierry Eloundou, chef d'unité marketing et communication dans un supermarché de la place. Cette question se pose dans la plupart des espaces marchands de la ville de Yaoundé. Avec son autorisation, l'équipe de CT a l'occasion d'en avoir le coeur net sur la disponibilité du riz made in Cameroon en faisant un tour au rayon à lui dédié. Ici, une affichette renseigne tout de suite sur l'origine de cette denrée: « Riz camerounais ». Celui-ci s'identifie très vite non seulement par son emballage plastique et transparent, mais également par sa couleur parfois jaune, marron ou blanche. Pas d'affluence ce mercredi (12 h. Ndlr) dans cet espace. La seule personne présente, c'est la responsable du rayon. Celle-ci explique que « les clients font leurs courses le matin et en fin de journée, quand ils rentrent chez eux ». Quoi qu'il en soit, le riz camerounais, dans ce supermarché, est bien disponible. A l'observation, il y en a pour toutes les bourses. Les prix varient en fonction des quantités et de la qualité: riz complet, riz blanc, riz parfumé, pour 900 F ; 1700 F ; 2400 F ; 5000 F ; 6000 F, etc, selon le kilogramme sollicité. Pour plusieurs commerciaux, le riz en provenance des régions du Nord-Ouest et de l'Extrême-Nord est plus prisé. « Nous avons une belle production de riz qui vient du côté de Ndop. Et de la Semry à Yagoua dans l'Extrême-Nord. Ce riz est très consommé. Lorsqu'il arrive, il s'écoule comme du petit pain », poursuit Thierry Eloundou.

Face à la demande croissante du riz made in Cameroon, ces marchands sont confrontés à une sérieuse pénurie depuis quelque temps. Dans certaines boutiques du marché central de Yaoundé, et même au marché de Mvog-Mbi, le riz camerounais est presque inexistant. Et ce, pour des raisons diverses. « Le riz n'est pas très présent sur le marché. Et ce n'est pas de notre faute. Il y a un problème de distribution qui se pose. Parfois après avoir passé des commandes, il nous faut attendre des semaines, voire des mois avant d'être livrés », explique Luc.N., commerçant au marché de Mvog- Mbi. D'autres par contre, déplorent le problème d'insécurité qui se vit dans la région du Nord-Ouest. Pour eux, si le riz de Ndop n'est plus acheminé vers les métropoles, c'est à cause des sécessionnistes qui bloquent sa distribution. Pourtant, comme l'explique Henri.A., « les Camerounais s'étaient déjà habitués à consommer ce riz. Surtout que dans les réseaux sociaux, le riz importé avait mauvaise presse. Puisqu'une rumeur a circulé selon laquelle ce produit serait fabriqué à base de matière plastique ». Aujourd'hui, dans les boutiques, et autres grandes surfaces, les Camerounais sont revenus aux vieilles habitudes. Le riz importé gagne de plus en plus de terrain.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.