Guinée: Chérif Abdallah du GOHA - "Nous n'avons pas encore de position tranchée"

Ce mercredi 7 juillet 2019, le président du groupe organisé des hommes d'affaire, Chérif Abdallah de retour de voyage et en visite familiale dans la cité de Karamoko Alfa a animé une conférence de presse axée sur le débat actuel autour de la constitution, la visée à court terme du GOHA et le choix porté sur sa personne pour représenter le système de certification au niveau continental.

Le GOHA devait être représenté au CNT mais en a été privé, mais le GOHA a en 2009 initié une rencontre entre adversaires politiques impliqués dans les élections d'alors et compte récidiver a expliqué Chérif Abdallah.

Une copie pour le GOHA en tant que structure et les 4 autres pour les représentants des coordinations régionales en République de Guinée, et nous avons invité certains représentants des coordinations régionales et nous les avons reçu à mon domicile... >>

Poursuivant, Chérif Abdallah a certifié que le son organisation conserve toujours les décharges de ces coordinations lors de la réception de ces documents légaux.

Sur la question des dommages causés aux commerçants et qui se chiffreraient à 220 milliards, le président du GOHA a expliqué :

Les commerçants ont toujours été attaqué par rapport à des situations politiques, c'est pourquoi nous n'avons pas manqué lors des négociations d'attirer l'attention de toute la classe politique de prendre le dossier des opérateurs économiques par rapport à leur revendication, par rapport à leur entente pour que les opérateurs économiques soient dédommagés, ça été pris en compte et toutes parties ont signé...

Nous n'avons pas encore de position tranchée, nous allons d'abord rencontrer les politiques et discuter avec eux, c'est après ça, qu'on va prendre une décision et le jour où on le fera, ce sera irrévocable.

Chérif Abdallah a profité de l'opportunité pour porter à l'attention des sueurs de la presse sa cooptation pour la représentation Afrique du système de certification international,expliquant que ce système concerne tant les produits alimentaires que pharmaceutiques argumentant sur le fait que les bureaux du système,riches de plus de 1000 hommes sont habiliter à contrôler les directions des impôts ou des douanes.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.