Sénégal: Un système intégré pour un accès rapide aux données minières

Dakar — La présidente du comité national de l'initiative pour la transparence dans les industries extractives du Sénégal (ITIE), a souligné, jeudi, la nécessité d'avoir un accès rapide aux données du secteur grâce au numérique.

Le Comité National ITIE du Sénégal compte mettre en place un portail public d'information intégré permettant de centraliser et de partager les données du secteur extractif.

Ce portail collectant les informations des différents services de l'Administration en charge du secteur extractif (DGID, DGD, DGCPT, DMG, DEEC, Eaux et Forêts, etc.) ainsi que des entreprises extractives, "permettra de renforcer la transparence et la traçabilité dans la collecte des revenus générés par le secteur des mines, du pétrole et du gaz au Sénégal ; mais aussi et surtout de délivrer des statistiques sectorielles actualisées sur ledit secteur", indique le comité dans un communiqué.

"L'idéal serait aujourd'hui de passer à un système intégré qui nous permettra d'une manière électronique et rapide d'avoir accès aux données et de faire des analyses au cours de l'année au lieu d'attendre le rapport annuel", a dit Awa Marie Coll-Seck.

Elle intervenait à l'occasion d'un atelier de restitution de l'étude de faisabilité du système de télé-déclaration et de base de données du secteur extractif.

Selon Mme Seck, la proposition qui a été faite au niveau de l'ITIE est de tout faire pour passer à la télé-déclaration, pour avoir rapidement accès d'une manière numérique, à toutes les données notamment au niveau des industries minières, gazières ou pétrolières.

"Nous avons constaté que beaucoup de nos partenaires au niveau des Finances ou du ministère des Mines ont des logiciels qui leur permettent de faire un travail important au niveau de leur structure, mais qui ne sont souvent pas interconnectés", a-t-elle fait remarquer.

D'après Awa Marie Coll Seck, il s'agira ici de travailler surtout avec le ministère des Finances, pour régler le problème d'unicité de la plateforme et avoir la possibilité avec les industries extractives, d'œuvrer d'une manière directe avec une interface complète de cette dernière.

"Quand on parle de transparence et de traçabilité, c'est important que cela se fasse au quotidien non pas au bout d'un an", a-t-elle ajouté, précisant que l'idéal serait de mettre en œuvre des réformes et d'éviter d'avoir différents systèmes.

"L'objectif des systèmes intégrés est de garantir à travers le portail public, un accès démocratique aux informations sans attendre le rapport ITIE", a quant à lui, indiqué, le secrétaire général du ministère des Finances et du Budget, Abdoulaye Samba.

Selon lui, ce système de transparence "a non seulement l'avantage de favoriser l'appropriation des informations" sur le secteur des industries extractives par toutes les parties prenantes, mais aussi de "promouvoir un débat public sain".

Cette étude de faisabilité, a-t-il poursuivi, qui vient renforcer la dynamique des organisations des outils des administrations, permettra certainement, de créer une passerelle avec les différents acteurs du secteur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.