Ile Maurice: Blanchiment d'argent allégué - Des liens entre Ricardo Agathe et Siddick Islam interpellent l'ICAC

Les arrestations de prête-noms dans l'affaire Ricardo Agathe n'en finissent pas. Jean Michael Dany Quirin, Emmanuel Hugo Fabrice Taleck et James Geoffroy Perrine, habitants de Cassis, Ste.-Croix et Roche-Bois respectivement, ont été interpellés par l'Independent Commission against Corruption (ICAC), vendredi dernier, pour l'achat de deux voitures et d'une motocyclette. Ils ont avoué avoir signé le contrat de vente à la demande de Ricardo Agathe et que le paiement a été effectué par ce dernier.

D'autre part, Chianah Ouvicha Permès, qui avait acheté une Audi rouge immatriculée AC1212, est, elle, accusée de complot dans une affaire de blanchiment d'argent du réseau de Ricardo Agathe. Arrêtée et traduite en cour de district de Port-Louis, hier, sous une charge provisoire de blanchiment d'argent, elle a fourni une caution de Rs 5 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 40 000 pour recouvrer la liberté.

Cette Audi rouge en question, saisie en juin dernier, est soupçonnée d'appartenir à Ricardo Agathe. Chianah Ouvicha Permès aurait toutefois affirmé aux enquêteurs l'avoir achetée pour la somme de Rs 500 000. Elle aurait reçu Rs 150 000 de son mari, payé Rs 100 000 de ses propres fonds et devrait toujours Rs 250 000. Elle n'a pu toutefois donner des explications sur les modifications apportées à la voiture ni sur les réglages. Cette voiture était à l'origine verte et était immatriculée V68. La boîte de vitesses a aussi été réparée. Chianah Ouvicha Permès aurait expliqué aux enquêteurs de l'ICAC qu'elle n'a aucun lien avec la famille Agathe mais elle a toutefois donné l'adresse où réside celle-ci.

L'Audi rouge était, selon les enquêteurs de l'ICAC, sous le contrôle de Noorhossen Khalil Ramoly. Ce dernier aurait été l'intermédiaire de la transaction entre l'ancien propriétaire et la nouvelle propriétaire, Chianah Ouvicha Permès. La voiture se trouvait chez Khalil Spare Parts, à Ste.-Croix, qui la louait à des personnes intéressées. Cité devant la commission d'enquête sur la drogue présidée par l'exjuge Paul Lam Shang Leen, Noorhossen Khalil Ramoly était parmi les proches qui ont contribué au paiement des honoraires de Rs 25 millions réclamés par les hommes de loi de Siddick Islam. Ce dernier intéresse les limiers de la brigade antidrogue depuis 2006. Sa maison a été perquisitionnée en 2006, 2008 et 2014. Les informations de la commission portent à croire qu'il s'est fait discret depuis que son nom a été cité avec insistance.

Un lien très fort unit Noorhossen Khalil Ramoly et le trafiquant qui se considèrent bien plus que deux frères. En décembre 2016, plusieurs policiers, dont l'inspecteur Assad Rujub, posté à Plaine-Verte, ont été transférés après avoir assisté à un mariage chez Noorhossen Khalil Ramoly. Ce dernier avait été auditionné devant la commission le 11 décembre 2017. Il avait nié être trempé dans le trafic de drogue. Il avait fait ressortir que Siddick Islam et lui sont deux amis et qu'il l'appelle de temps en temps pour prendre de ses nouvelles.

Sollicité pour sa version des faits dans la vente de la voiture immatriculée AC1212, Noorhossen Khalil Ramoly est resté injoignable.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.