Cameroun: Fête de la Tabaski 2019 - Sous le signe de la cohésion nationale

Dimanche prochain, Dieu ou Allah sera invoqué à la fois dans les églises et les mosquées de la République. Et pour cause, cette année, la fête du mouton se célèbre un dimanche si l'on en croit le communiqué de la Commission nationale du croissant lunaire, publié il y a quelques jours.

Mais la célébration de l'Aïd al-Adha ou l'Aïd el-Kebir, encore appelée Tabaski se déroule dans un contexte sociopolitique marqué par des appels au dialogue relativement au conflit qui sévit dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et par des soubresauts liés à la crise post-électorale. La situation sociopolitique est surtout exacerbée par des discours à la haine et des replis identitaires propagés par certains acteurs, les médias classiques et les réseaux sociaux. Un fléau qui préoccupe les pouvoirs publics et qui a obligé La Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et le multiculturalisme à lancer une campagne nationale pour sensibiliser l'opinion sur les dangers que charrient ces comportements.

Les musulmans vont certainement emboiter le pas à la « Commission Musonge » pour se joindre à cette lutte dont le principal message est : « Non au discours haineux ». Comme ils l'ont déjà fait lors de la fête du Ramadan, ils vont faire des invocations pour la paix et la cohésion nationale. Dans les différentes aires de prières du pays, les prédicateurs vont inviter leurs coreligionnaires et les autres Camerounais à tourner le dos à la division, à la haine et à la violence. La fête de la Tabaski qui coïncide avec le déroulement du pèlerinage à la Mecque sera d'abord ponctuée demain samedi 10 août par le passage des pèlerins au Mont Arafat. Les pèlerins camerounais qui sont arrivés, il y a quelques jours à Médine, l'une des villes Saintes islamiques, vont se soumettre aux différents rites religieux. Ils sont 2840 fidèles camerounais à accomplir le cinquième pilier de l'Islam pour l'édition 2019.

Cette année, ce voyage aux lieux saints de la ville de la Mecque, se déroule avec d'importantes innovations et facilités accordées par le gouvernement camerounais. A l'étape de Médine, Yaoundé a obtenu que les pèlerins soient logés dans un hôtel situé à 400 m de la mosquée du prophète Mohammed, soit 4 minutes de marche à pied. On se rappelle qu'en mai dernier, le président de la République, Paul Biya, a décidé de l'octroi d'une subvention d'un milliard de F à tous les candidats au hadj 2019 permettant ainsi de ramener le coût du hadj 2019 à 2 242 000 F, soit le coût de l'édition 2018. Ce geste du chef de l'Etat est venu soulager les pèlerins qui s'inquiétaient de l'augmentation du prix du visa par les autorités saoudiennes, du prix de transport interne par bus et du taux de change du dollar. Après leur déférente gratitude exprimée à l'endroit du président de la République pour ce geste de magnanimité inattendu, les pèlerins ont promis de consacrer leur séjour à la Mecque à la prière pour la paix et l'unité au Cameroun.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.