Cameroun: Tet'Ekombo 2019 - Rudolf, un appel au rassemblement

Les 105 ans de la mort de Douala Manga Bell célébrés hier en présence du gouverneur du Littoral.

« Que s'est-il passé pour que le Tet'Ekombo se limite à être le fait des seuls Bona Manga, Bonanjo, Bali, etc. Pourquoi ? »

L'appel a été lancé hier jeudi, 8 août 2019 à l'esplanade de la Marine marchande de Bonanjo, par l'un des officiants des rites traditionnels pour la célébration des 105 ans de l'exécution de Rudolf Douala Manga Bell par le gouvernement colonial allemand.

Un appel - en présence de Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la région du Littoral - qui s'adressait aux communautés autres que le canton Bell, dont le roi martyr était la figure emblématique.

Un appel à l'union, au rassemblement, au partage des valeurs nationales de lutte pour la souveraineté, qui est revenu dans les différentes interventions de cette première étape d'hier, sur les lieux où le 8 août 1914, Douala Manga Bell fut pendu en même temps que son fidèle secrétaire, Adolf Ngosso Din.

Premier à monter au créneau, le Pr. Valère Epée : « Il faut que le peuple se souvienne. Il faut que le peuple pense désormais à redonner sa place à celui qui a mené ce combat pas seulement à Douala, mais sur toute l'étendue du territoire.

Car il convient de rappeler à ceux qui ne le savaient pas ou à ceux qui l'oublient seulement de temps en temps que les Allemands n'ont pas pendu au Cameroun seulement Rudolf Douala Manga Bell, Adolf Ngosso Din ou Wilhem Henri Madola et Martin Paul Samba.

Mais sur toute l'étendue du territoire, ce 8 août 1914, des gens ont été tués, des têtes de file, des chefs. »

Même appel à l'unité chez le Prince Jean-Yves Eboumbou Douala Manga Bell, chef du canton Bell, qui a rappelé que son ancêtre fut « le premier [qui] fit ce tour patriotique dans une entité, notre pays, qui n'était pas encore clairement dessinée à cette époque.

Et il y a aujourd'hui un Cameroun un et indivisible. » Il a profité de l'occasion pour faire part d'un souhait : pérenniser l'unité déjà au niveau du Littoral « afin que chacun des quatre départements de la région puisse accueillir les trois autres dans une régularité nouvelle de construction et d'union une fois par an ou tous les deux ans. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.