Seychelles: 7 Sri Lankais soupçonnés de pêche illégale sont incarcérés aux Seychelles

L'Autorité des pêches des Seychelles (SFA) et la police mènent une enquête sur un cas présumé de pêche illegal par un navire étranger dans les eaux de la nation insulaire.

Dans un communiqué conjoint jeudi, le ministère de la Pêche et de l'Agriculture, la SFA et les garde-côtes des Seychelles ont déclaré que le navire sans pavillon avait été intercepté samedi lors d'une patrouille de routine.

Sept membres d'équipage de nationalité sri-lankaise ont été retrouvés à bord. Après une première recherche par les officiers de la Garde côtière, du poisson frais, du sel et du matériel de pêche ont été trouvés à bord du navire, qui a été escorté à Port Victoria pour complément d'enquête.

Il s'agit de la cinquième affaire de pêche illégale présumée depuis le début de 2019. Trois des cinq cas ont donné lieu à des poursuites devant la Cour suprême des Seychelles.

Le mois dernier, la Cour suprême a ordonné qu'un ressortissant comorien qui plaidait coupable de pêche illégale dans les eaux de la nation insulaire soit rapatrié dans son pays d'origine ou de résidence. Ben Attoomani, âgé de 51 ans, était à bord du navire Pevoni qui a été intercepté par les garde-côtes au mois de mars.

Les Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, possèdent une vaste zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, ce qui représente un défi en matière de surveillance de la pêche illégale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.