Ile Maurice: Workers Rights BIll - Callichurn réglemente l'overtime

Lors des débats sur les amendements aux lois du travail, hier, le ministre a élaboré sur ses propositions. Par ailleurs, le député du PMSD a critiqué l'absence de consultations avec le patronat.

Le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, a, dans son intervention sur les nouvelles lois du travail au Parlement hier, annoncé les nouvelles réglementations sur les heures supplémentaires en tenant compte des critères et spécificités de secteurs spécifiques, notamment l'hôtellerie et la zone franche et l'ICT/ BPO, où elles seront calculées à partir de 45 heures de travail par semaine. Dans les nursing homes, elles seront comptabilisées après 195 heures de travail par mois.

Dans la foulée, le ministre a voulu faire un saut dans le passé pour expliquer comment l'Employment Rights Act et l'Employment Relations Act, deux lois votées quand le Parti travailliste était au pouvoir, ont affaibli les travailleurs. Selon Soodesh Callichurn, le nombre de licenciements a grimpé de 133,9 %, soit 4 291 en 2010 jusqu'à 2015 où le nombre avait atteint 10 038. Les cas de défaut de paiement de salaire ont augmenté de 50 % entre 2012 et 2015 pour atteindre 4 580 cas. Durant ces cinq dernières années, 800 employés, en moyenne, ont perdu leur emploi sans salaires et indemnités. Durant la même période, les licenciements économiques sont passés de 1 964 à 2 324. Ces deux lois, qui régissaient le cadre du travail, étaient limitées, a estimé le ministre de tutelle.

Soodesh Callichurn a souligné que le Portable Retirement Gratuity Fund vient combler une lacune, en offrant comme lump sum 15 jours par année de service sur l'ensemble de la carrière d'un employé. Auparavant, la gratuité était comptabilisée le nombre d'années passées chez le dernier employeur. Selon une étude, moins de 10 % des travailleurs restent longtemps avec un seul employeur. «Cela aurait pénalisé 90 % des travailleurs à Maurice», a maintenu le ministre du Travail. Il prévoit une série d'amendements lors de l'examen en comité pour clarifier plusieurs points.

Pour lui donner la réplique, le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) avait délégué Adrien Duval. Ce dernier a félicité le ministre pour le nouveau cadre juridique entourant les lois du travail. Il s'est ensuite appesanti sur des points jugés importants, notamment ceux avancés par Business Mauritius, dont la rigidité des heures de travail, les heures supplémentaires dans certains secteurs comme le tourisme, la zone franche et l'ICT-BPO, le contrat à durée déterminée qu'il trouve absurde, étant donné qu'un employé devient permanent s'il y a un délai de 28 jours entre deux contrats à durée déterminée.

«Il faut que je lise les transitional provisions pour voir qu'un contrat à durée déterminée est de 12 mois», a fait ressortir le député bleu. Il estime qu'il n'y a pas eu de consultations préalables avec l'Association des hôteliers et restaurateurs de l'île Maurice. Adrien Duval a mis au défi le ministre de faire voter cette loi au plus vite. «Il n'est pas indiqué quand cette loi sera promulguée. Si le ministre présente une loi, elle doit entrer en vigueur avant les élections générales», s'est insurgé le député du PMSD.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.