Congo-Brazzaville: Mobile money - Les transactions bientôt possibles entre Airtel et MTN

Les clients des deux opérateurs pourront s'envoyer de l'argent, grâce au système de « l'interopérabilité ». La BEAC (Banque des États de l'Afrique centrale) est favorable à cette innovation et a invité le gouvernement à mieux réguler le secteur.

Le Conseil national du crédit s'est réuni à Brazzaville, le 9 août, et a planché sur le marché de mobile money. À cette occasion, les financiers ont validé l'activité en tant qu'un instrument de transactions financières. Au Congo, deux sociétés de téléphonie mobile sur les quatre opèrent dans le transfert d'argent, MTN mobile money et Airtel money.

Pour l'un des membres du conseil, Wilfrid Ossié, le transfert mobile pourra s'étendre à d'autres secteurs. « Le conseil a proposé au gouvernement congolais d'impulser cette réforme pour que le traitement de mobile money soit interactif d'un réseau à un autre. Il a également encouragé le Congo à stimuler le paiement de certains de ses obligations par mobile money comme les salaires, les frais scolaires, les impôts », a indiqué le conseillé du directeur national de la BEAC.

Aujourd'hui, grâce à la montée en puissance du système de paiement mobile, l'argent peut être acheminé rapidement partout, même vers les régions les plus reculées. Il suffit que le destinataire ait accès à un portable ou puisse se rendre dans un centre de paiement.

Face à la concurrence accrue, les agences traditionnelles de transfert d'argent, qui dominaient autrefois le marché local, ont décidé d'élargir leur gamme de produits en y introduisant, par exemple, l'épargne et la facilité dans l'octroi des crédits.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.