Cameroun: Affaire Kamto - Mon coup de gueule contre l'opposition camerounaise: honte à vous !!!

opinion

D'entrée de jeu, je dois immédiatement signaler que je suis un simple militant de la démocratie. Je ne suis pas membre de la coalition MRC de la résistance pour le changement, ni mandaté par qui que ce soit. Car chaque fois qu'il s'agit de dire la vérité, l'on est taxé de rechercher la division de l'opposition.

Mais de quelle opposition invisible s'agit-il? Honte à vous de la société civile et de la classe politique inexistantes. Vous étiez pourtant nombreux à vous présenter devant Michelle Bachelet en mai dernier comme étant des opposants...

Dans toute démocratie et tout pays normal, tout dirigeant sorti des urnes incarne le peuple et sa victoire est considérée comme la victoire du peuple et de la démocratie. Et si par malheur, cette victoire devait être détournée par le moyen de la force, c'est au peuple entier de défendre sa victoire. Pas uniquement à un leader, un parti ou une coalition...

Comme le reconnaissent les résolutions internationales, Monsieur Biya est un dictateur qui a, une fois de plus, opté pour la force militaire, les emprisonnements et la guerre contre les Camerounais plutôt que de brandir pacifiquement les 32 PV des commissions départementales réclamées... Et comme les agents de son pouvoir aiment à le répéter: "Vous allez faire quoi? Vous pouvez faire quoi? Nous avons la force".

Le président élu des Camerounais, Maurice Kamto, n'est pas le président d'une portion de Camerounais. Il doit par conséquent être défendu par tous les Camerounais. Quand un dictateur s'amuse à déplacer inutilement les électeurs dans les urnes un dimanche (avec à la clef une invitation à de faux observateurs internationaux) en prévoyant de faire proclamer sa victoire et de la faire respecter par le moyen de la force, il ne reste que la voie des armes pour espérer conquérir le pouvoir. Quand toute possibilité de conquête du pouvoir par les urnes est interdite, cela signifie que la dictature impose et laisse le seul choix de l'arrivée au pouvoir par les armes ou par le moyen d'une insurrection populaire...

Quand les libertés publiques fondamentales sont écrasées, c'est toute la société politique et civile qui doit se lever pour s'y opposer. Que font et cherchent encore des marcheurs pacifiques dans une prison en 2019? La "justice" à la solde du tyran ose prononcer des condamnations à la prison ferme. Et pourtant, la prison au Cameroun n'est pas seulement un lieu de privation de la liberté d'aller et de venir, c'est surtout un lieu de déshumanisation et de privation de la dignité humaine. Même certains camps Nazis offraient des lits superposés et des matelas... Au Cameroun, le pouvoir vole et gaspille...

C'est le rôle des politiques et de la société civile de défendre les droits fondamentaux du citoyen. Ce n'est pas uniquement l'affaire de la coalition Kamto ou de quelques uns seulement comme on l'a observé depuis la fin de la présidentielle. C'est à tous de s'opposer au viol collectif des Camerounais par un pouvoir dictatorial et cruel.

Pour ceux qui ne souhaiteraient pas participer à des manifestations contre le Coup d'Etat électoral, à quelles autres actions participez-vous donc? Où sont les marches pour exiger la libération de tous les prisonniers politiques, le dialogue inclusif, le cessez-le feu dans le NO/SO? Où sont les marches pour réclamer l'amélioration des conditions carcérales ou la fin des actes de tortures en prison ou au SED? Ou contre le gaspillage de l'argent public en Suisse? Ou encore contre le détournement des milliards de la CAN et la vente de nos terres agricoles à des pays étrangers

Et pour ceux qui se préparent activement pour les "élections" dans les conditions fortement décriées par la communauté internationale et les Camerounais, où sont de simples manifestations pour réclamer la modification du code électoral et du système électoral?

Serait-ce à cause du président Kamto qu'il ne faudrait surtout pas agir pour le bien du Cameroun? Mais où sont donc passés ces étranges "leaders" hyperactifs en 2011 qui organisèrent des marches au Cameroun lors de la crise ivoirienne et qui ont disparu alors même qu'une crise post-électorale et une guerre ravagent le pays? La Côte d'Ivoire serait-elle un pays plus important que le Cameroun? Les Camerounais seraient-ils plus Ivoiriens que Camerounais? Je ne comprends rien...

Faudrait-il au nom du démon du tribalisme ou de calculs politiciens inavoués refuser de sauver le bateau Camerounais du naufrage? Le silence est un toujours un ami de l'oppresseur et un ennemi des opprimés. La liberté et la démocratie ne dépendent jamais du bon vouloir du tyran. Elles s'arrachent...

Et à travers ses résolutions de condamnation claire, la communauté internationale reconnait la légitimité aux Camerounais et au peuple Camerounais de renverser la dictature de Biya, par tous les moyens. La diaspora combattante et l'infatigable BAS ont donné le temps depuis le Hold-up électoral. Il est plus que temps pour les Camerounais de se mettre au pas pour la libération de ce pays de l'oppression.

Mais merde !!!! Pardon !!!

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.