Madagascar: Détournement de fonds à la Croix-Rouge Malgache - Le verdict est tombé

À Madagascar, le verdict est tombé concernant le détournement de 400 millions d'ariarys, soit 100 000 euros, de la Croix-Rouge. Les personnes incriminées ont été jugées par le pôle anti-corruption. L'affaire avait défrayé la chronique l'an passé.

Quatre ans de prison ferme, c'est la peine qui a été prononcée à l'encontre d'une dizaine de personnes accusées de détournements de fonds au sein de la Croix-Rouge malgache.

Le président et le secrétaire général font partie des personnes incriminées.

Le scandale a éclaté en avril 2018. Dans le cadre de subventions, 3 millions d'euros ont été alloués à la Croix-Rouge malgache par son bailleur principal, la Croix-Rouge norvégienne.

Or, selon le cabinet d'audit Ernst&Young, un million de cette somme aurait été détourné. La Croix-Rouge norvégienne avait par la suite cessé de travailler avec son homologue malgache.

Manipulation des taux de change

À l'époque, le secrétaire général de la Croix-Rouge malgache et deux comptables ont été placés sous mandat de dépôt après avoir été entendus au pôle anti-corruption.

Ils sont poursuivis pour abus de fonctions, détournements de fonds, faux en écriture et usage de faux.

L'escroquerie a reposé sur la manipulation des taux de change : les trois personnes incriminées ont profité de l'écart entre l'euro et l'ariary pour empocher la différence.

Les condamnés peuvent néanmoins faire appel devant l'instance de second degré du pôle anti-corruption.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.