Tanzanie: Les victimes du camion-citerne inhumées, le pays ne deuil

Selon un dernier bilan des autorités tanzaniennes, l'explosion d'un camion-citerne samedi 10 août, à Morogoro à quelque 200 kilomètres de Dar es Salam a fait 71 morts, essentiellement des badauds venus siphonner le carburant qui s'écoulait du poids lourd accidenté. Trois jours de deuil ont été décrétés par les autorités. Une commission d'enquête a été mise en place.

C'est dans des cercueils blancs surmontés chacun d'un numéro et d'une couronne de fleurs mauves que les victimes de l'explosion du camion-citerne ont été enterrées ce dimanche 11 août à Morogoro. Une cérémonie officielle en présence du Premier ministre dépêché par sur les lieux du drame par le chef de l'État.

Devant une foule massée sur un terrain scolaire de la ville, Kassim Majaliwa a annoncé la mise en place d'une commission d'enquête pour établir si une ou des institutions avaient manqué à leurs responsabilités dans la gestion de cette catastrophe.

« Pendant que nos compatriotes maintenant décédés se rassemblaient pour siphonner le carburant, quelqu'un les en a-t-il empêchés? », a interrogé le Premier ministre. « Moi, je sais que normalement, en cas d'accident, la police de la sécurité routière vole au secours », a poursuivi Kassim Majaliwa, qui s'est également demandé si les pompiers étaient intervenus à temps.

De son côté, le président John Magufuli s'est rendu au chevet des blessés soignés à l'hôpital de Dar es Salam après leur transfert en hélicoptère ou par la route. Samedi, il s'était dit « très choqué que les gens se ruent sur des véhicules accidentés pour piller leur cargaison ». « Arrêtons cette habitude, je vous en prie », avait-il demandé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.