Kenya: Opération séduction pour un siège non permanent au Conseil de sécurité

Nairobi cherche du soutien à l'étranger pour briguer un siège non permanent au Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2021-2022.

Le Kenya en pleine offensive diplomatique. Le président Uhuru Kenyatta était dans les Caraïbes ce week-end, après une visite en Jamaïque. En un mois, il a ainsi rencontré les chefs d'État ou représentants de 18 pays.

« Le président Uhuru Kenyatta a exhorté la communauté des Caraïbes à soutenir la candidature du Kenya à un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies pour la période de 2021 à 2022 », a tweeté la présidence du Kenya.

President Uhuru Kenyatta has urged the Caribbean community to support Kenya's bid for a non-permanent seat on UN Security Council for the period 2021 to 2022. pic.twitter.com/o3xd7cug6V

State House Kenya (@StateHouseKenya) 10 août 2019

Le vote pour désigner lequel des pays africains siégera au Conseil de sécurité des Nations unies aura lieu en juin 2020. Un siège non permanent stratégique pour le Kenya qui pourrait ainsi assurer ses intérêts.

Dans le conflit maritime qui l'oppose à la Somalie, d'abord. Mogadiscio poursuit Nairobi à la Cour internationale de justice. Les deux pays se disputent une zone maritime au potentiel pétrolifère.

Si le Conseil de sécurité considère le différend comme une menace pour la paix dans la région, il encouragera les deux parties à négocier, affaiblissant ainsi la décision de justice.

Il y a ensuite le dossier des shebabs. Le Kenya milite pour inscrire le groupe sur la liste des organisations terroristes.

Objectifs : empêcher la circulation de marchandises dans les zones qu'il contrôle et le priver de fonds qu'il détourne pour planifier des attaques notamment contre le Kenya.

Des dossiers brûlants pour Uhuru Kenyatta. Mais Djibouti brigue également le siège non permanent au Conseil de sécurité. L'Union africaine tranchera le 21 août.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.