Centrafrique: Ouverture des assises du KNK, le parti de François Bozizé

Les assises du Conseil national du parti du Kwa Na Kwa (KNK), la formation de l'ancien président François Bozizé, s'ouvrent ce 12 août à Bangui, la capitale centrafricaine, et se tiendront ensuite dans la semaine dans le fief du parti, à Bossangoa, dans l'ouest du pays.

L'objectif des assises du parti Kwa Na Kwa (KNK) qui s'ouvrent ce 12 août dans la capitale Bangui est de resserrer les rangs autour de l'ex-président centrafricain François Bozizé pour la préparation de l'élection présidentielle de décembre 2020, et déterminer les priorités à venir du parti.

Il s'agit notamment décider de la sortie du KNK de la majorité présidentielle pour se présenter officiellement comme un parti d'opposition.

« Le KNK va aller résolument vers un positionnement de formation d'opposition parce que nous aurons un candidat et ce candidat sera forcément François Bozizé. C'est notre champion naturel.

Et donc nous irons vers des discussions avec les autres formations politiques pour voir l'opportunité de mettre en place une plateforme de l'opposition », déclare le secrétaire général du parti, Bertin Béa.

Vers un retour prochain de Bozizé ?

« Parce que nous voyons très bien comment le parti au pouvoir s'organise, poursuit-il. Il y a les requins pour intimider les opposants. Nous écoutons déjà qu'il y aura sans doute un hold-up électoral.

Cela nous inquiète, raison pour laquelle nous pensons que l'opposition se doit de se regrouper pour peser pendant les futures élections en 2020 pour empêcher le parti au pouvoir de faire un passage en force ».

Le KNK a annoncé le retour prochain de l'ancien président François Bozizé à Bangui. Renversé en mars 2013 de la présidence, il vit actuellement en exil en Ouganda. Dépossédé de son passeport centrafricain, François Bozizé est actuellement sous sanction des Nations unies.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.