Guinée: Le milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz va être jugé à Genève

Ce roi du diamant avait acquis en 2008 des permis miniers dans la réserve de fer inexploitée de la région de Simandou, en Guinée. C'est dans ce cadre qu'il est accusé avec deux autres prévenus de « corruption d'agent public ».

Six ans après l'ouverture de la procédure, le ministère public suisse a retenu deux infractions contre l'homme d'affaires franco-israélien Beny Steinmetz et deux de ses collaborateurs : « corruption d'agent public étranger » et « faux dans les titres ».

Dans l'acte d'accusation déposé par le procureur en charge du dossier, les trois prévenus sont accusés d'avoir, entre 2005 et 2010, « versé ou fait verser des pots-de-vin à l'une des épouses de Lansana Conté », l'ancien président guinéen. Objectif : permettre à la firme Beny Steinmetz Group Resources (BSGR), appartenant au milliardaire franco-israélien, d'obtenir des licences dans la mine de fer de la région de Simandou, dans le sud-est du pays.

Selon le parquet, les pots-de-vin versés s'élèveraient à environ dix millions de dollars. Des sommes qui auraient permis d'évincer le groupe minier rival britannique Rio Tinto. Ces commissions illégales auraient transité par des comptes suisses, où était domicilié le roi du diamant, sous couvert de faux contrats et de fausses factures.

L'enquête suisse a pu aboutir notamment grâce à la coopération de la justice américaine qui s'est intéressée à l'épouse du défunt président guinéen, Mamadie Touré, partie s'installer aux États-Unis, et qui selon le quotidienLe Monde aurait reconnu sa culpabilité.

Beny Steinmetz est déjà cité dans d'autres dossiers de corruption en Afrique, mais aussi en Roumanie. Devant le tribunal correctionnel de Genève, le roi du diamant risque cette fois entre deux et dix ans de prison. Aucune date de procès n'a pour l'instant été fixée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.