Congo-Kinshasa: Des journalistes africains au contact du paysage médiatique chinois

Pendant 21 jours de formation sur le paysage médiatique de la République populaire de Chine et de diverses activités de découverte de la vie socio-économique et culturelle du peuple chinois, des journalistes seniors venus de six pays africains francophones entendent améliorer leur connaissance sur ce grand pays d'Asie devenu la deuxième puissance économique du monde.

Le ministère du Commerce de la République populaire de Chine, à travers l'Agence de coopération internationale, en partenariat avec l'Institut de recherche et de formation de NRTA, organise, du 9 au 29 août à Pékin et à Qingdao, un « Séminaire à l'attention des personnels seniors médiatiques des pays africains francophones ».

Ce sont 19 journalistes, délégués des organes de presse ou des institutions de communication, venus de six pays africains (RD Congo, Comores, Djibouti, Sénégal, Bénin, Mali), qui participent à ce séminaire qui se tient successivement dans deux villes, notamment à l'Institut de recherche et de formation de NRTA, à Pékin, la capitale politique de la Chine, et à l'université de Qingdao dans la ville du même nom.

Au cours de la cérémonie d'ouverture de ce séminaire, le vendredi 9 août, c'est la directrice du Service de formation internationale de l'Institut de recherche et de formation de NRTA, Mme Zhu Jiadi, qui a prononcé le mot de bienvenue à l'attention des séminaristes, en présence du directeur général adjoint du Département de la Coopération internationale de l'administration nationale de la Radiodiffusion et de la Télévision, M. YAN Chengsheng.

Dans son allocution, Mme Zhu Jiadi a dit espérer qu'à l'issue de cette formation, les participants pourront améliorer leur connaissance à la fois sur la Chine, plus particulièrement sur les milieux de la radiodiffusion chinoise. « Je suis convaincue qu'après 21 jours de formation, nous serons de très bons amis et notre amitié sera approfondie d'une manière affective », a dit Mme Zhu Jiadi.

Promouvoir l'intercompréhension

« Le séminaire d'aujourd'hui vise à établir ou à construire une plateforme de communication et d'échange dans un univers où le numérique est devenu le pilier principal dans le domaine de la radio et de la télévision. On vise justement à promouvoir la communication et la compréhension sur le sujet de l'intelligence dans la radio et la télévision. Je crois qu'à la suite des formations et colloques, nous allons promouvoir l'intercompréhension des uns et des autres afin de promouvoir le développement mutuel, l'amitié et l'échange des expériences en vue d'une phase de coopération de mieux à mieux dans le futur », a déclaré M. Yan Chengsheng.

Les nouvelles technologies de l'information et de la communication sont devenues primordiales dans le monde entier. Et la Chine qui est engagée à construire « un système de communication complète » veut capitaliser les NTIC pour des échanges interculturels avec les autres pays du monde dont ceux du continent noir.

Pour Pékin, les médias peuvent jouer « un rôle très important » dans l'épanouissement et dans la diffusion des valeurs culturelles du peuple chinois.

« Pour nous, les principes sont toujours les mêmes, c'est-à-dire l'égalité et l'avantage mutuel, l'intérêt mutuel et créer des situations de coopération gagnant-gagnant. A travers les échanges avec les autres pays, la Chine vise également à aider les autres pays à mieux promouvoir leur propre communication, leurs propres médias afin que les médias puissent être un tissu de dialogue interculturel », a renchéri le directeur adjoint du Département de la Coopération de l'administration nationale de la radio et de la télévision, l'institution organisatrice de cette formation.

Notons que la Chine vise à créer des opportunités de coopération dans tous les domaines, notamment médiatique et d'échange des ressources humaines dans l'optique d'une coopération susceptible de produire des résultats « gagnant-gagnant ».

Au nom des participants à cette formation, Mme Nafissa a adressé des remerciements aux organisateurs. « Il n'est point de doute qu'à l'issue de notre formation, nous allons améliorer notre connaissance sur la Chine, ce vaste pays qui ne cesse de se révéler au reste du monde par sa riche culture et son progrès, et surtout nous serons des ambassadeurs de la Chine dans nos pays respectifs », a dit la porte-voix des participants.

Une dizaine de thématiques

Le programme du séminaire prévoit une dizaine de thématiques centrées sur le paysage médiatique de la Chine. Des visites sont programmées sur des sites culturels et touristiques non sans compter des échanges avec les journalistes exerçant dans les médias chinois.

Au premier jour, M. Yan a exposé sur « Le panorama du développement de radio et télévision chinoise ». Dans cet exposé, le directeur général adjoint du Département de la coopération internationale de l'Administration nationale de la radio et de la télévision s'est appesanti sur 5 points, à savoir le développement des médias chinois, le développement actuel de la radio et de la télévision, le mécanisme de gestion et contrôle des médias, les nouveaux médias, et le mécanisme administration et de coopération.

De cette analyse, il ressort que la Chine a fait le choix que les médias puissent soutenir le progrès social et économique du pays.

Une autre thématique, exposée le dimanche 11 août, a porté sur « Le panorama des médias chinois et la perspective de coopération radiophonique ». Cette communication faite par Mme YANG Xiaolan, directrice adjointe de la Radio Chine Internationale, a porté sur l'histoire et le développement du département français de Radio Chine internationale (CRI, son acronyme anglais).

A l'en croire, une grande réforme du secteur médiatique en cours depuis mars 2018 consistant à la fusion de différents médias chinois. CMG (China Media Group) est devenue la principale entreprise de radiodiffusion et de télévision regroupant en son sein CCTV (China Central Television), CNR (China National Radio), CRI (China Radio international), mais aussi CGTN.

A la découverte de la Chine

Parmi les visites entreprises jusque-là, il y a eu, le samedi 10 août, celle de la Grande Muraille de Chine, qui est une des sept merveilles du monde, et du Stade olympique « Le Nid d'oiseau » de Pékin, où ont eu lieu les jeux olympiques de 2008. Plusieurs autres visites sont prévues à la Radio Chine International, au Mont Lao pour découvrir la culture taoïste, au site du Sommet de l'Organisation de coopération de Shangaï, au Centre olympique de Voile, au Marché d'industries culturelles de Qingdao, à la Faculté de communication de l'Université de Qingdao, à la base de production cinématographique de Huangdao, au Département de big data de Qingdao et à la Station de télévision de Qingdao.

La République populaire de Chine s'ouvre de plus en plus au monde. Depuis une dizaine d'années, Pékin finance plusieurs voyages de formation et de découverte au profit des centaines de journalistes du monde entier. L'ultime objectif est de promouvoir l'échange d'expériences et la compréhension mutuelle entre les Chinois et les autres peuples du monde. Contrairement aux pays occidentaux, la Chine est en train de mener une expérience unique de promotion de sa riche culture mais aussi pour défaire des idées reçues faussement propagées par certains médias dans l'intention de bloquer son progrès. Les journalistes africains sont actuellement à la découverte de l'empire du milieu afin de se faire, par eux-mêmes, une nette idée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.