Gabon: La demande d'expertise médicale du président Bongo examinée le 26 août

Gabon, Ali Bongo Ondimba candidat du Parti Démocratique Gabonais (PDG) à l'élection présidentielle du 30 Aout.

La justice gabonaise examinera en appel la demande par des opposants d'une expertise médicale d'Ali Bongo pour estimer s'il est apte à exercer ses fonctions, dix mois après un AVC.

Depuis qu'il a prononcé quelques mots à son retour à Libreville fin mars, après cinq mois de convalescence à l'étranger suite à un AVC en Arabie Saoudite en octobre dernier, Ali Bongo n'a pas pris la parole en direct et en public.

C'est ce silence qui avait poussé fin mars le collectif « Appel à agir », regroupant une dizaine de personnalités de l'opposition et de la société civile, à déposer un recours pour demander à la justice de désigner un médecin pour une expertise médicale sur l'état de santé d'Ali Bongo.

Début mai, un tribunal avait jugé en première instance irrecevable cette demande. Motif : seules la Cour constitutionnelle saisie par le gouvernement ou les deux chambres du Parlement peuvent constater l'empêchement. Mais lundi, la Cour d'appel de Libreville a refusé de se dessaisir du dossier et a fixé une audience au 26 août.

Un premier pas important aux yeux d'Ange Kevin Nzigou, une des personnalités qui réclament l'expertise. « Même si cela ne présage pas de la décision qui va être rendue au fond, c'est la première fois dans l'histoire du Gabon qu'un juge peut dire non au président de la République, se félicite-t-il. C'est une avancée importante dans le mécanisme de gestion de la justice dans notre pays. »

Me Aimery Bhongo-Mavoungou, l'avocat d'Ali Bongo, s'oppose à cette décision puisque le dossier, explique-t-il, se trouve en cassation et n'autorise pas la Cour d'appel à aller plus en avant dans la procédure.

Sur quelle base juridique voudriez-vous donc que la Cour d'appel poursuive l'examen d'un dossier qui doit se retrouver devant la Cour de cassation. Nous allons tout mettre en œuvre, mais alors tout mettre en œuvre, pour que force reste à la loi.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.