Ile Maurice: Bambous - Foire à la délinquance dans un marché abandonné

C'était avant tout un marché artisanal, inauguré en grande pompe en 2008. Mais depuis un moment, déserté par ses occupants, il est devenu un lieu de prédilection pour des alcooliques et toxicomanes. C'est du moins ce qu'avancent des habitants de Bambous, qui allèguent que deux agressions sur des receveurs d'autobus y ont été orchestrées ces dernières semaines par ces squatters. Nous nous sommes rendus sur place. Récit.

Il est 11 heures. Bien que l'enceinte soit clôturée, le portail est ouvert. À première vue, le marché semble vide. Mais selon des habitants, il serait occupé tôt le matin jusqu'en début de soirée. «Cet ancien marché est occupé pendant les week-ends aussi», souligne-t-on. D'ajouter que c'est à l'abri des regards que des toxicomanes se shooteraient au quotidien dans ces locaux.

«Le hic, c'est qu'à côté du marché se trouve un arrêt d'autobus, desservi par la ligne Bambous-Rose-Hill. Lerla mem zot véyé», expliquent toujours les résidents. Ils ajoutent que les gens du quartier évitent d'emprunter cette voie, étant donné les agressions fréquentes dont été victimes des employés du transport.

Rencontrés, des receveurs soutiennent quant à eux qu'ils prennent désormais plus de précaution quand il s'agit d'endroits à risque. «Dans des lieux qui ne sont pas vraiment fréquentés, nous évitons de nous arrêter. Et nous essayons de ne plus garder sur nous de grosses sommes d'argents.»

Sollicités, des officiers de police basés à Bambous expliquent être au courant de la situation. «Des patrouilles régulières sont effectuées à n'importe quelle heure de la journée», rassure-t-on.

Marché fantôme

Construit par la compagnie Médine, le «Farmers' Market» a été inauguré en décembre 2008. Au début, ce nouvel espace commercial connaît le succès. Mais il est de courte durée. Un à un, les commerçants qui y louaient des étals ont mis la clé sous le paillasson.

Trois années après avoir vu le jour, soit en 2011, le «Famers' Market» ferme définitivement ses portes. Du côté de Médine, on expliquait en 2006 que le projet avait été conçu dans le cadre du «Médine Market Plan», dont le but était de revaloriser les terres de la compagnie, tout en mettant le village au centre du développement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.