Cote d'Ivoire: Fraude déclarée au Bac 2019 - Élèves, parents d'élèves et syndicats veulent des explications

« Nous voulons des explications sur la mention fraude inscrite sur la collante de nos enfants alors qu'ils n'ont pas été pris en flagrant délit de tricherie. Que l'on nous explique ce qui se passe.

Dans certains cas, l'élève est déclaré admis avec les félicitations du jury mais avec l'inscription fraude sur la collante. Pour d'autres, l'on a donné zéro dans toutes les disciplines avec également la mention fraude marquée.

En dehors de cela, il y a des fautes administratives sur des noms ou lieux de naissance et l'on demande aux élèves d'établir des actes d'individualité dont le montant s'élève à environ 30 000 F Cfa.

Nous ne pouvons pas accepter que l'on sacrifie l'avenir de nos enfants », explique Mme Dossou Coulibaly, une parente d'élèves.

Et Mme Dossou de poursuivre: « l'année dernière, il y a eu près de 1000 élèves dont les copies ont été déclarées frauduleuses, à la rentrée quand ils sont allés tirer leurs convocations, l'on nous dit qu'ils sont interdits d'examens pendant 5 ans. Cette année, l'on parle de 6 000 cas ».

C'était à l'occasion d'une conférence de presse co-animée par des parents d'élèves, des élèves appuyés par la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci).

« Nous nous sommes rendus le lundi dernier à la Deco pour en savoir plus sur la mention fraude inscrite sur nos collantes, personne n'a voulu nous recevoir. L'on nous a plutôt envoyé des forces de l'ordre nous gazer », explique un élève dans ce cas.

Pour le secrétaire général de la Fesci, Allah Saint-Clair dit "Gl Makelelé", la Fesci qui a pour mission de défendre les droits des élèves et étudiants de Côte d'Ivoire n'acceptera pas que des élèves ou des parents d'élèves payent les erreurs d'un dysfonctionnement de la Direction des examens et concours (Deco).

« Dans certains établissements, tous les élèves ont eu des mentions fraudes inscrites sur leurs collantes (Yopougon, Port-Bouët, Abobo). L'on parle de 6 000 à 10 800 élèves ».

C'est pourquoi la Fesci a décidé d'aider ces élèves à entrer dans leurs droits. Elle précise, toutefois, qu'il ne s'agit pas d'aider ceux qui ont été pris en flagrant délit de fraude, mais plutôt aider ceux dont la collante comporte la mention fraude à la proclamation des résultats.

Aussi propose-t-elle qu'une commission soit mise en place pour statuer sur ces cas litigieux.

Pour le secrétaire général de la fédération, c'est pour éviter de telles situations regrettables que, très tôt, la Fesci avait proposé que l'on ait deux ou trois correcteurs au lieu d'un qui peut se tromper. Mais elle n'a pas été suivie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.