Congo-Kinshasa: Régideso - Placide Yoko et ses partenaires allemands en attente des fonds pour démarrer les travaux

De retour au pays après une visite d'inspection effectuée à Armani, capitale de la Jordanie et à Istanbul, en Turquie, Me Placide Yoko, Président du Conseil d'Administration de REGIDESO, fait le point de ce qu'a été son périple.

En fait, il y était pour palper du doigt les services rendus aux habitants de ces deux pays, dans l'aspect lié à l'approvisionnement d'eau par la société du bureau d'étude allemande. Ceci, à travers un protocole d'accord signé avec ladite firme sur l'usage d'une nouvelle technologie des machines «Ultra filtration d'eau» qui vont servir à traiter puis fournir une grande quantité rapide d'eau potable sur l'ensemble du territoire rd-congolais. L'objectif est de pallier le problème du déficit d'eau qui gangrène la population congolaise. A cela, il ne manque plus que le financement de la part de l'Etat congolais pour amorcer les premiers travaux.

Toujours dans le souci d'améliorer le social des congolais notamment, sur la grande difficulté d'eau et d'électricité à laquelle la population reste butée, le PCA de la Régideso a laissé entendre que sa visite de travail en Jordanie et en Turquie consistait à découvrir et comparer les usines de traitement d'eau, principalement la nouvelle technologie d'ultra filtration d'eau potable à l'aide de la «céramique membrane».

Il s'agit d'un système utilisé pour traiter les eaux usées et c'est de stricte application pour les pays développés. De ce fait, les allemands ont estimé qu'il était impérieux d'apporter du soutien à la RDC, pour plus d'efficacité.

"Ces machines à haut niveau viennent résoudre les desideratas des consommateurs et vont donner un coup de pouce à la Regideso qui continue à œuvrer dans un système archaïque, celui d'injecter 5 à 10 fois des éléments chimiques avec des machines usées", a précisé Me Yoko. C'est donc un projet immense, soutient-il, et surtout de grande envergure mais qui nécessite beaucoup d'argent. Au regard de tous les enjeux, il faudrait des moyens et de la volonté politique.

Etonné de constater lors de son périple à Istanbul et à Armani où cette nouvelle technologie d'une efficacité incomparable, approvisionne de l'eau potable même dans les milieux difficilement inaccessible, le PCA était d'autant plus surpris d'apprendre que la majorité de responsables qui gèrent cette technique de la production à la distribution dans ces pays sont des privés.

Piste des solutions

Pour Me Yoko, il n'est pas impossible de résoudre la situation épouvantable due au manque d'eau. D'où, il y a lieu de créer des usines accompagnées d'une force motrice capable de pomper de l'eau. Outre cela, le secteur a déjà été libéralisé en vue d'attirer plus d'investisseurs et opérateurs économiques.

Conséquences

Cependant, la durée des machines avec une cartographie immense que présente la RDC, tombent à tout moment en panne. Un autre cas évoqué est celui des consommateurs, qui ne payent pas à temps les factures.

Me Yoko a émis le vœu que ce projet soit une réussite. Pour cela, il faut déployer d'énormes efforts en commençant par l'appel d'offres aux partenaires privés. A noter que l'eau et l'électricité fonctionnent en synergie et dans le cas d'espèce, cette nouvelle invention desservira toute l'étendue du territoire dans la mesure où si l'augmentation de production accroît, cela donnera l'opportunité de réunir autant de recettes. L'implication du chef de l'Etat reste donc très capitale, insiste le PCA de la Régideso.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.