Congo-Brazzaville: Economie numérique - La stratégie du Congo officiellement présentée

Approuvée par décret en juin 2019, la stratégie nationale de développement de l'économie numérique, nommée « Vision Congo Digital 2025 », a été officiellement présentée vendredi dernier, à Brazzaville, par le directeur général du Développement de l'économie numérique (DGDEN), Guy Roland Tsimba, lors d'une cérémonie sous le patronage du ministre de tutelle.

La stratégie nationale ainsi adoptée vise le développement et la modernisation des infrastructures et services numériques, l'amélioration de la gouvernance du numérique et la diversification de l'économie. Elle est fondée sur trois piliers, le e-citoyen, le e-Gouv et le e-business, a expliqué Guy Roland Tsimba.

« Le pilier e-citoyen est relatif à tous les services et contenus numériques pour le grand public. Le e-gouv est, quant à lui, lié aux services et contenus numériques pour le gouvernement et les administrations publiques et, enfin, le e-business est relatif aux services et contenus numériques pour les entreprises », a souligné le directeur général.

Le document qui sert de feuille de route à la cyberstratégie nationale permettra de positionner le digital comme un secteur majeur dans la diversification de l'économie du Congo. Selon Guy Roland Tsimba, la stratégie doit permettre d'engager, de manière concertée, plusieurs axes essentiels dont la mise à jour du cadre juridique, le renforcement de la gouvernance du secteur numérique, la poursuite de l'aménagement numérique du territoire et l'amélioration de l'accès aux réseaux et services numériques.

Améliorer les indicateurs et servir de catalyseur

La Vision Congo Digital 2025 devra améliorer les indicateurs dans le secteur du numérique, où les télécommunications ont déjà pesé dans le PIB grâce au décollage de la téléphonie mobile. De 4,4% du PIB total, il est passé à 6,2% du PIB hors pétrole. Dans le même élan, le secteur présente 6% des salariés dans le privé et un nombre important d'emplois induit par le déploiement des technologies et services. Si le taux de pénétration d'internet est passé de 3,3% à 7,7% en cinq ans, le déploiement de la Vision Congo digital 2025 devra faire entrer le Congo véritablement dans la société de l'information.

« Nous ne devrons pas subir la 4e révolution numérique, mais plutôt la vivre pleinement, afin d'en saisir toutes les potentialités, en modifiant nos manières de travailler jusqu'au cœur de nos services publics », a déclaré, dans son discours, le ministre de tutelle, Léon Juste Ibombo.

Il a rappelé que le gouvernement, pour relever ce défi, a contribué à un certain nombre d'actions, comme la mutation du cadre légal et réglementaire dont les textes adoptés ou en cours d'adoption au Parlement.

Parmi ces lois, Léon Juste Ibombo a cité celle récemment adoptée et portant protection des données à caractère personnel, qui vise la vie privée et les libertés publiques. Il a, par ailleurs, évoqué plusieurs textes : « la loi portant cybersecurité pour la protection et l'intégralité de nos réseaux ; la loi relative aux transactions électroniques qui régira le commerce électronique, la signature électronique, la certification électronique et bien d'autres, la loi portant lutte contre la cybercriminalité qui définit toutes les infractions susceptibles d'être commises sur un réseau ou un terminal numérique ».

En même temps que le cadre légal prend un nouveau visage, celui dit institutionnel tend à trouver une nouvelle issue, s'est réjoui le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, faisant référence à l'Agence nationale des systèmes d'information (Anssi), dont la loi de création vient d'être votée au Parlement. « Elle veut apporter une réponse coordonnée en cas d'incidents et prévenir les éventuelles crises liées au numérique afin de garantir la protection de notre cyber espace national », a expliqué le ministre.

Parmi d'autres actes institutionnels attendus dans le cadre de cette stratégie nationale, on peut citer la création d'un comité technique du numérique. Placé sous l'autorité du Premier ministre, cet organe aura pour mission d'orienter et coordonner les projets numériques afin d'assurer leur cohérence. Sa création, souligne-t-on, se justifie par le caractère transversal des piliers contenus dans la stratégie nationale.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.