Gabon: Le plan de relance de 'économie décortiqué 2017-2019 par Mays Mouissi et Harold Leckat

Libreville le 10 août 2019 - Une structure hôtelière de la capitale gabonaise a été l'hôte d'une conférence-débat sur le thème « Plan de relance de l'économie 2017-2019 : Quel bilan ? ». Cette rencontre animée par Mays Mouissi (Analyste économique) et Harold Leckat (Juriste et Fondateur de Gabon Media Time) était l'occasion pour les conférenciers de décortiquer ce programme initié par le gouvernement, dont l'ambition était de relancer l'économie du Gabon. Objectif visé, faire le point sur l'avancement de la mise en œuvre de ce programme triennal débuté en 2017 et qui prend fin cette année 2019.

Ils sont venus nombreux,économistes,juristes,hommes politiques et bien d'autres,assister à la conférence publique sur « Plan de relance de l'économie 2017-2019 : Quel bilan ? ». Tous les points ont été abordés,tant sur le plan économique que social.

Sur le plan économique, le bilan dressé par Mays Mouissi n'est pas reluisant. Sur les 11 objectifs que s'était fixés le gouvernement, seuls deux ont été atteints totalement. Il s'agit de la réduction du déficit public qui est passé en dessous de la barre des 3% et le solde de la balance de paiement devenu excédentaire. L'économiste gabonais note cependant que deux autres objectifs ont été atteints partiellement. Il s'agit du renforcement de la compétitivité des filières « moteurs de croissance » et la continuité de l'approvisionnement en eau et en électricité.

Sur le plan social, le constat du fondateur de Gabon Media Time (GMT), Harold Leckat est tout aussi négatif. Le juriste et Directeur de publication de GMT affirme que le gouvernement n'a pas pu honorer les promesses visant à réduire la pauvreté et améliorer le bien-être des populations. Il en veut pour preuve l'échec de la création de 30 000 emplois, de la construction de 30 centres de santé de proximité à Libreville et Port-Gentil ou encore de la non-réhabilitation des trois seules universités que compte le pays.

Il va sans dire que le Plan de relance de l'économie nécessite d'être revu ou corrigé. Pour les conférenciers, il est encore possible de redonner un nouveau souffle à la politique économique du pays. Ainsi ont-ils proposé de relancer l'économie par l'investissement public ; de dégager des marges budgétaires pour renforcer les ressources publiques à l'investissement ; de reconduire le programme avec le Fonds monétaire international (FMI) ; de prioriser le remboursement de la dette intérieure ou encore de limiter les dépenses budgétaires au montant des ressources propres de l'Etat.

Si ces recommandations non exhaustives ne sont pas une panacée, elles ont le mérite d'être des pistes de solutions dont le gouvernement pourrait s'inspirer. Cette rencontre a également été l'occasion de recueillir les avis d'autres citoyens au cours de la phase de questions réponses.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.