Angola: Les privatisations augmentent la compétitivité de l'économie, dit le ministre d'Etat

Luanda — Le processus de privatisations devra servir de moyen d'atteindre les niveaux de compétitivité et d'efficience adéquates dans la gestion entrepreneuriale et dans l'économie en Angola.

C'est ce qu'a déclaré mardi, à Luanda, le ministre d'Etat chargé de la Coordination économique, soulignant que le Gouvernement angolais travaillerait avec prudence, afin d'éviter les erreurs commises par le passé, dans ce domaine, dans d'autres coins du monde.

Se confiant à la presse, lors de la présentation du Programme de privatisations (Propriv), Manuel Nuno Júnior a dit que la mise en œuvre du projet devra tenir compte des meilleures pratiques du monde, mais toujours à base de la législation angolaise.

Selon le ministre, cet engagement était fondamental pour rassurer les agents économiques dans ce processus et attirer des investissements nationaux et étrangers de qualité.

Cet engagement permettra également aux actifs qui seront aliénés de jouer « réellement » leur rôle dans l'économie, et de garantir, en même temps, des biens et services de haute qualité à tous les citoyens et entreprises.

Dans le cadre de ce processus, le capital de 195 entreprises contrôlées par l'Etat ou celles dans lesquelles ce dernier à des actions sera aliéné entre 2019 et 2022.

Selon le programme, 175 entreprises seront aliénées moyennant offre publique, 11 par vente aux enchères et neuf par offre publique initiale.

Parmi les entreprises à privatiser figurent la Société nationale des hydrocarbures ( Sonangol), la compagnie aérienne angolaise (Taag) et la société nationale d'Assurance (Ensa).

La privatisation touchera également la Banque commerciale et industrielle (BCI), la Banque angolaise d'Investissement (BAI), la Caisse générale d'Angola (BCGA) et la Bourse de dette et des valeurs d'Angola (Bodiva).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.