Guinée: Beny Steinmetz sera jugé en Suisse

Le milliardaire franco-israélien, très présent dans le secteur des mines en Guinée, va être jugé en Suisse pour corruption.

Les faits reprochés à l'homme d'affaires franco-Israélien de 63 ans remontent à la période 2005- 2010. Beny Steinmetz, l'homme le plus riche d'Israël, selon le magazine américain Forbes, est accusé d'avoir orchestré depuis Genève, à partir de 2006, le versement de millions de dollars de pots-de-vin à plusieurs personnalités guinéennes en vue d'évincer un groupe rival, le géant anglo-australien Rio Tinto, de la mine de fer de Simandou, dans le sud-est du pays.

Près de dix millions de dollars de pots-de-vin auraient ainsi été versés, dont une grande partie à l'une des épouses de l'ancien président Lansana Conté.

Les choses se gâtent pour le milliardaire franco-guinéen avec la mort de Lansana Conté en 2008.

Dès son arrivée au pouvoir en 2010, l'actuel chef de l'Etat Alpha Condé annonce qu'il va mettre à plat les accords miniers de son prédécesseur.

Procès salué par les ONG

En 2013, les nouvelles autorités guinéennes, aidées notamment par le milliardaire américain George Soros, accusent Beny Steinmetz d'avoir obtenu illégalement les droits sur la mine de Simandou, considérée comme l'une des plus grandes réserves mondiales de minerai de fer.

C'est alors le début d'une bataille judiciaire mais en février dernier, le milliardaire et la présidence guinéenne parviennent à un accord à l'amiable, à savoir le retrait des poursuites pour corruption contre Beny Steinmetz en échange de son renoncement à ses droits sur le gisement de Simandou.

En revanche, si Beny Steinmetz pensait être tiré d'affaires, c'était sans compter sur la justice suisse qui a décidé d'ouvrir une procédure à son encontre.

En Guinée, les organisations de lutte contre la corruption saluent l'annonce de ce procès et espèrent que cela va inspirer la justice guinéenne en vue d'un assainissement du secteur minier. Les organisations de la société civile attendent également que le code minier en vigueur depuis des années soit respecté afin que les populations qui vivent dans les zones minières tirent le maximum de profits des ressources du sous-sol.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Deutsche Welle

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.